Philippe Mercier, maire de Tréhet, Jean-Claude Gunot, acteur et Jean-Claude Raoul, réalisateur

Philippe Mercier, maire de Tréhet, Jean-Claude Gunot, acteur et Jean-Claude Raoul, réalisateur

C’est à Tréhet que nous avons rencontré Jean-Claude Raoul venu présenter le film « Courjumelle 1920, au cœur de la Sologne ». « J’ai commencé à faire de la photo à l’âge de 14 ans puis  des films avec une caméra 8mm. » Depuis, la passion de l’image n’a jamais quitté ce Breton d’origine, installé dans le Loir-et-Cher depuis 1955. Il adore la Vallée du Loir à laquelle, il a consacré un ouvrage de photographies. La Sologne qui avait mieux conservé son authenticité, ses métiers anciens, ses particularismes l’a fasciné et il participe aux travaux du Groupe de Recherches archéologiques et historiques de Sologne.

Parallèlement, sa quête d’authenticité l’a mené en Chine, dans un petit village de 230 habitants qui pratiquent la riziculture de montagne. Pour atteindre ce lieu, il faut gravir 5 800 marches. Non seulement, il  lui a consacré un ouvrage, « Les Marches du ciel », mais il y revient régulièrement, chaque année. Les gens sont simples et ils reçoivent chaleureusement leurs visiteurs « parce que, disent-ils, ceux qui viennent de loin méritent d’être bien accueillis …  .un exemple à méditer ! », nous a confié Jean-Claude.

Revenant à « Courjumelle », ce film tourné avec des moyens  limités, car venant d’un financement participatif et des acteurs bénévoles, le cinéaste nous précise : « J’ai voulu conserver la mémoire de la vie quotidienne, des métiers et des croyances en Sologne dans les années 20 ; mais ce quotidien pouvait largement s’appliquer  à la vallée du Loir. Une grande partie de ce patrimoine et de ces traditions populaires a déjà disparu, ; dans dix ans, il n’en restera plus rien. » Le tournage de ce film emblématique a créé un courant d’intérêt ans sans précédent : « Nous étions sept bénévoles au départ, nous étions 170 à la fin. »

«  Courjumelle », du nom d’un lieu pas tout à fait imaginaire, a été présenté, pour la première fois, le 8 septembre, à Pierrefitte-sur-Sauldre où il a rencontré un vif succès, qui ne s’est pas démenti à Tréhet. C’est dans une salle des fêtes comble que les spectateurs ont pu découvrir des images somptueuses et un film d’une rare qualité humaine. A travers des scènes touchantes, ils ont pu prendre conscience de la vie difficile des habitants des campagnes qui devaient faire face à la pauvreté et au manque de nourriture, aggravés par les aléas climatiques, aux maladies qui touchaient en premier lieu les plus faibles. Les enfants (surtout les filles) fréquentaient peu ou pas l’école « Les filles, on ne leur demande pas de penser » ; ils devaient, dès leurs plus jeunes années, contribuer aux tâches quotidiennes et mourraient souvent en bas âge ; la dureté des grands propriétaires  qui interdisaient la chasse et même la cueillette des champignons sur leurs terres, aggravait cette précarité. Pas étonnant qu’en Sologne où le gibier abonde, le braconnage  soit devenu quasiment un sport national ; il permettait aux hommes de nourrir un peu leur famille et accessoirement de déjouer avec malice l’attitude arrogante des possédants dénués de toute compassion. Le personnage timide et gentil campé par Jean-Claude Guinot (Guiguine), l’un des acteurs bénévoles originaire de Villedieu-le-Château, sera la victime collatérale de la guerre sans merci que se livraient braconniers et gardes-chasse.

Petit à petit, les machines ont remplacé les hommes qui ont dû chercher du travail en ville et la désertification des campagnes a commencé pour s’amplifier d’année en année.

Ce film, sans céder au misérabilisme ou à une compassion excessive, restitue avec justesse les conditions de vie d’une population qui, en dépit des difficultés affrontées, savait conserver sa dignité.

Programmé durant l’automne et l’hiver dans une quarantaine de villes du Loir-et-Cher, « Courjumelle » devrait intéresser de nombreuses structures : lycées, collèges, écoles, associations, collectivités territoriales, etc. en bref tous les femmes et hommes de volonté ouverts à la condition des autres.

Les personnes qui souhaiteraient programmer ce film peuvent contacter Jean-Claude Raoul  à l’adresse suivante : jcraoul41@yahoo.fr

                                                                                       Sabine Campion

#Courjumelle #Jean-ClaudeRaoul

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes       

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Retour à l'accueil