Dans le brouillard du petit matin, les vendangeurs récoltent de belles grappes de Pineau d'AunisDans le brouillard du petit matin, les vendangeurs récoltent de belles grappes de Pineau d'AunisDans le brouillard du petit matin, les vendangeurs récoltent de belles grappes de Pineau d'Aunis
Dans le brouillard du petit matin, les vendangeurs récoltent de belles grappes de Pineau d'AunisDans le brouillard du petit matin, les vendangeurs récoltent de belles grappes de Pineau d'AunisDans le brouillard du petit matin, les vendangeurs récoltent de belles grappes de Pineau d'Aunis

Dans le brouillard du petit matin, les vendangeurs récoltent de belles grappes de Pineau d'Aunis

A Poncé-sur-Loir, l’an prochain, on célèbrera avec éclat, le 100ème anniversaire de la mort du peintre Maxime Maufra, décédé sur les bords du Loir en 1918.

Maxime Maufra est né à Nantes en 1861. Après avoir mené parallèlement une carrière professionnelle, c’est en 1890 qu’ il  décida de se consacrer entièrement à ses passions de peintre, de graveur et de lithographe  ; après avoir rencontré Paul Gauguin, il s’installa à Pont-Aven et en 1892, il  fréquenta, avec Emile Dezaunay, l’atelier d’Eugène Delâtre où les deux hommes  réalisèrent leurs premières gravures, influencées par Gauguin. Peintre de la mer, Maufra aimait aussi les berges du Loir où il venait planter son chevalet et où une crise cardiaque l’a emporté.

On doit à Alain Gasiglia, un artiste niçois, qui a rejoint, il y a quelques années, la vallée du Loir, d’avoir pris l’initiative d’organiser, avec ses nombreux amis, à Poncé plusieurs événements destinés à marquer le centenaire de la disparition de cet artiste « post-impressionniste ». Puisque le village se trouve au cœur des Coteaux du Loir et à proximité des Jasnières, il a paru tout naturel de consacrer une cuvée à  Maxime Maufra  et de lui donner son nom.

Samedi dernier, l’équipe organisatrice s’est retrouvée autour du propriétaire de la vigne, Jean-Marc Bertre, pour faire les vendanges destinées à cette cuvée spéciale. Sous la direction de Philippe Sevault, ancien vigneron poncéen et ami des arts et des artistes, ils se sont attelés méthodiquement, sécateur en main, à récolter les belles grappes de Pineau d’Aunis, ce cépage à la typicité si particulière qui est, avec le Chenin l’un des fleurons de la vallée du Loir. Au petit matin, alors que le brouillard entourait la colline, nos amateurs se sont égayés dans les vignes : gare à celui qui a oublié une grappe car la tradition veut qu’il offre une bouteille !

                                                         Sabine Campion

#Poncé-sur-Loir #Maufra #Gasiglia

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes        

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Retour à l'accueil