Laurent Sutter devant les toiles de Paskal Hotman

Laurent Sutter devant les toiles de Paskal Hotman

Laurent Sutter s’en souvient parfaitement : « c’est le 2 août 2016 que j’ai repris cette galerie, auparavant celle de Marie-Liesse Bertre, située en haut de la rue Nationale ! » A l’entrée où flotte cette odeur de vieux papiers chère à tous les amateurs et dans laquelle le moindre espace –sur les meubles et sur les murs- est occupé, par ordre d’importance décroissante, soit par des livres et des périodiques, soit par des œuvres d’art, soit par des tubes de peinture, un petit écriteau rappelle cet anniversaire important aussi bien pour Laurent que pour tous ceux qui ont fini par devenir des habitués.

« Au bout d’un an, je suis plutôt content même si je préfèrerais doubler mon chiffre d’affaires ; mais, enfin, mon activité de bouquiniste comme celle de marchand de couleurs, ainsi que les animations que je propose régulièrement, m’ont permis de fidéliser une bonne partie de ma clientèle ; les gens ont pris l’habitude de rentrer, de regarder, de discuter…

« En ce qui concerne les ouvrages et les autres publications, j’ai souvent affaire à des collectionneurs : l’un veut rassembler les 100 premiers titres parus dans « Le Livre de poche », l’autre est à la recherche d’albums anciens de « Tintin ». Ces mordus sont de la région ou du moins y résident ; certains sont originaires des environs de Paris et, fait un peu exceptionnel, je compte même un Australien parmi mes clients habituels. Ces collectionneurs peuvent me laisser leur liste de recherche et je m’efforcerai de les satisfaire.

« Il en va de même pour les fournitures destinées aux artistes, essentiellement acrylique, huile et aquarelle, ainsi que pinceaux, puisque j’ai délaissé les toiles trop dévoreuses d’espace. Les peintres sont nombreux dans la région et peu d’entre eux vont faire le voyage de Tours ou du Mans uniquement pour en rapporter quelques tubes de couleurs. L’achalandage vient du coin et, l’été, je vois de nombreuses Anglaises qui viennent chercher de l’aquarelle. »

Aujourd’hui, Laurent a mis en valeur deux superbes et impressionnantes maquettes en bois dues à Jean Navarette ( « Escal’Art », N-D d’Oé) auquel elles ont valu le 1er prix de l’ABAP, il y a un mois : « La Cage d’escalier » et « La Relativité », manifestement inspirées de l’œuvre du graphiste néerlandais M.C.Escher. Réduites à l’essentiel, elles nous présentent deux boucles constituées d’escaliers sans issue alors même que les perspectives sont prolongées par des miroirs.

« Peintre écorché, plasticien, comédien et beaucoup d’autres choses encore » Paskal Hotman, quittant La Chartre pour Poncé, a laissé ses acryliques sur toile ou sur papier, dont beaucoup ornent les murs. De style contemporain, ils font parfois appel à des techniques mixtes comme le collage (des confettis, la dépouille d’un oiseau etc.) ; on retiendra des visages, un portrait en pied d’Hitchcock au milieu de ses oiseaux, un grand rapace obscure au bec recourbé…

Laurent Sutter qui veut continuer ses expositions –la prochaine, à partir de début septembre, sera consacrée aux aquarelles d’Yves de Saint Jean, un artiste et un écrivain, récemment présent à Chahaignes, qu’il admire beaucoup –poursuivra également l’organisation d’autres événements (soirées lecture ou théâtre) suivant une fréquence qu’il espère mensuelle.

Galerie Nocogo, 25 rue Nationale, 72340 La Chartre, T.02 43 44 41 37

                                                                      Xavier Campion

#GalerieNocogo #LaChartre

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes       

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Retour à l'accueil