Maurice Leroy; Pascal Brindeau; la salle des fêtes était combleMaurice Leroy; Pascal Brindeau; la salle des fêtes était comble
Maurice Leroy; Pascal Brindeau; la salle des fêtes était comble

Maurice Leroy; Pascal Brindeau; la salle des fêtes était comble

Entre Montoire et Maurice Leroy, c’est une drôle d’histoire. Celui-ci s’est longtemps étonné que, contrairement à Vendôme, le chef-lieu du Bas-Vendômois ait conservé une municipalité de gauche alors qu’aux élections nationales ou départementales, il lui donnait la majorité. Peut-être le ralliement du maire, naguère opposant farouche au projet de grande communauté du Vendômois va-t-il changer la donne ! le résultat des élections présidentielles et la tendance au renouvellement du personnel politique ont-ils rendu les conjectures partout caduques ? Personne ne sera véritablement fixé avant les soirées des 11 et 18 juin.

Toujours est-il que le député UDI, candidat à sa propre succession à l’Assemblée nationale, a tenu à programmer de bonne heure l’une de ses quelques 170 réunions jusqu’au 1er tour à Montoire. Il est vrai que « Momo » est un homme « tout terrain », aussi à l’aise à la ville qu’à la campagne et, naturellement, dans ces territoires qu’on ne sait pas trop où ranger, tout étant affaire de circonstances. En tout cas l’affluence dans la salle des fêtes a dû dépasser les prévisions au point qu’il a fallu rapporter quantité de chaises des réserves.

Si Pascal Brindeau, maire Vendôme, et suppléant de Maurice Leroy, a signalé, avec la concision qui lui est coutumière, qu’il ne parlerait pas des élections, laissant ce soin au principal intéressé, il a quand même tenu à se féliciter « On a réussi à rapprocher Vendôme et Montoire ».

Plutôt que de lancer dans un discours, le candidat a préféré d’emblée débattre en répondant à des questions, dont peu se sont rapportées aux élections à proprement parler.

Ainsi il a pu annoncer, ce qui n’a pas été une surprise, qu’il se ferait un devoir de visiter les 172 communes de sa circonscription par respect envers les électeurs.

La deuxième question fut l’occasion pour lui de donner son avis sur le nouveau gouvernement dont la constitution est une prérogative du président de la République. « On verra bien , l’essentiel étant d’éviter de se livrer à une critique et à une opposition systématiques : pour ma part d’ailleurs, je suis un homme libre, un peu rebelle, suivant la parole de Victor Hugo « A la consigne, je préfère la conscience ». Ce gouvernement se présente comme une vitrine pour les législatives, ce qui est légitime. Il comprend du reste des gens très compétents comme Jean-Yves Le Driant et Sylvie Goulard, l’une des meilleures parlementaires européennes qui devra relancer le projet de défense commune, en dépit de l’opposition d’Angela Merkel ; il faudrait que la chancelière allemande change sa position sur ce point. Ceci dit, le rapprochement avec l’Allemagne est une bonne chose ; il ne faut pas oublier que les deux pays représentent à eux seuls 51% de la richesse européenne. »

Les élections des 11 et 18 juin ont suscité quelques questions auxquelles Maurice Leroy a répondu sans se référer directement à ses adversaires.

« Personne ne sait quel va être le résultat de ces élections. D’ici leur tenue le gouvernement va surtout gérer les affaires courantes sauf évidemment Gérard Collomb à l’Intérieur et Sylvie Goulard aux Armées.

« Le 18 juin, trois scénarios sont envisageables :

-une majorité se constitue autour d’Emmanuel Macron ;

-Les Républicains et les UDI gagnent, ce qui ouvre une période de cohabitation avec un gouvernement dirigé par François Barouin ; cette majorité qui existe déjà au Sénat sortira renforcée des prochaines élections à la Haute Assemblée (le corps électoral ayant déjà été désigné par les dernières municipales) ; deux légitimités coexisteront et le couple Macron pourra partir au bord de la mer tandis que le gouvernement travaillera ;

-si l’on se souvient qu’au premier tour des présidentielles, les premiers se sont retrouvés dans un « mouchoir de poche », on peut penser qu’aucun groupe n’obtiendra la majorité.

« Il ne faut pas oublier qu’aux élections législatives, on vote aussi pour un individu et que le facteur personnel est important. « En Marche » peut bénéficier d’une dynamique mais pour le reste ? Comment les électeurs vont-ils se comporter ? »

                                                                               Xavier Campion

électionslégislatives #MauriceLeroy #LoiretCher

Facebook : https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter: https://twitter.com/LPattes

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour adhérer à l’Association culturelle du Niclos- Le Mille-Pattes :

iframe id="haWidget" src="https://www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/adhesion-a-l-association-culturelle-du-niclos-le-mille-pattes/widget" style="width:800px;height:

 

 

Retour à l'accueil