Magali Royer-Marty; visite de Vendôm'InoxMagali Royer-Marty; visite de Vendôm'Inox
Magali Royer-Marty; visite de Vendôm'InoxMagali Royer-Marty; visite de Vendôm'Inox

Magali Royer-Marty; visite de Vendôm'Inox

En cet après-midi printanier, dans le cadre de : « La Semaine de l’Industrie », les Ets « Vendôm’Inox » recevaient un petit groupe de personnes à la recherche d’emploi accompagné par Valérie Géré, chargée du développement économiques aux Territoires Vendômois, au moins curieux de découvrir les réalités économiques du territoire communautaire et les opportunités qui pouvaient leur être offertes.

« Vendôm’Inox », employant une vingtaine de personnes, dont deux effectuent des missions de mise en place ou de maintenance chez les clients, n’est pas une grosse entreprise ; elle appartient à cette catégorie dont les membres ne font, généralement pas parler d’eux en raison de leur taille, mais constituent, entre artisanat et industrie, la trame solide de l’économie qu’elle soit nationale ou locale.

A l’entrée, un panneau indique les spécialités de la firme : la tôlerie, la tuyauterie et la chaudronnerie ; ce qu’il ne précise pas, c’est que ces fabrications utilisent un matériau bien particulier et, qu’en réalité la véritable spécialité de l’entreprise, c’est le traitement ou la transformation de l’inox, c’est-à-dire de cet alliage à base d’acier, comportant une proportion variable de chrome, éventuellement de nickel… Celui-ci est livré sous forme de feuilles de 5 à 8mm d’épaisseur ou de tubes venant de fournisseurs français, allemands ou suisses ; tous sont stockés non loin de l’entrée avant d’être travaillés un peu plus loin. Le but des opérations, qui se déroulent sous nos yeux est d’obtenir des pièces diverses, généralement de petites dimensions, destinées aux entreprises des secteurs pharmaceutique, médical, cosmétique, agro-alimentaire, aéronautique ou nucléaire. Ces pièces, répondant à des besoins spécifiques, fabriquées sur plan en série très limitée, doivent répondre à des exigences qui, tout simplement, n’admettent aucun défaut susceptible, par exemple, de perturber l’écoulement d’un fluide ou de fournir un refuge à une bactérie… Tout est traçable.

Si l’entreprise n’est pas la seule dans son secteur, elle occupe une niche qui tient à la taille de ses fabrications, les autres se consacrant à des objets de plus petite ou de plus grande dimension.

Guidée par Magali Marty-Royer, le groupe a parcouru l’espace réparti en différents ateliers voués à la découpe, au pliage, à l’ébavurage, à l’ébarbage, au poinçonnage (découpe), au polissage, dernière étape essentielle, qui ne parait pas pouvoir être jamais automatisé en raison de la diversité des formes de pièces produites à quelques exemplaires.

Toutes celles-ci doivent être impeccables à la livraison : chaque client contribue à leur notation et le droit à l’erreur n’est pas admis sauf si celle-ci découle de l’inexactitude du plan fourni par le donneur d’ordre, ce qui peut arriver ! Quoiqu’il en soit, « il faut toujours rester humble, ça permet de garder les pieds sur terre ! »

La visite s’est terminée dans le bureau de la direction, où chacun a pu se présenter, poser des questions et faire part de ses remarques, éventuellement, de ses attentes.

                                                                     Xavier Campion

#Semainedel'Industrie #Vendôm'Inox #TerritoiresVendômois #MagaliRoyerMarty #CercledesentreprisesduVendômois

 

Facebook : https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter: https://twitter.com/LPattes

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour adhérer à l’Association culturelle du Niclos- Le Mille-Pattes :

iframe id="haWidget" src="https://www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/adhesion-a-l-association-culturelle-du-niclos-le-mille-pattes/widget" style="width:800px;height:

 

 

 

Retour à l'accueil