Au Centre Pompidou

Au Centre Pompidou

Le Centre Pompidou propose actuellement une exposition de Cy Twombly. L’occasion de (re)découvrir ce peintre américain (décédé en 2011) qui a effectué toute sa carrière entre New York et l’Italie. Un enchantement, un éblouissement et quelques révélations.

Un artiste hors du commun

Cy Twombly naît en 1928 dans l’Etat de Virginie aux Etats-Unis. Il réalise ses premières œuvres très jeune, dès les années 1940. L’exposition retrace la période allant des années 1950 jusqu’à ses derniers tableaux datés des années 2000. De salles en salles, je suis de plus en plus conquise. J’essaye d’imaginer Cy Twombly dans son atelier. Très vite, je perçois en lui une âme d’enfant. L’étonnement (joyeux !) est à son comble lorsque je découvre ses nombreux collages, synonyme à la fois de génie artistique et de simplicité.

Dans une salle voisine, le public a la chance de découvrir un Cy Twombly photographe. Ce qui est frappant dans ces séries de photographies réprésentant des bouteilles alignées (1951), c’est la qualité de l’image. Ainsi, je me fais la réflexion que ces dernières auraient très bien pu être réalisées dans les années 1920 tant le grain à un charme particulier. Twombly s’essaye également à la sculpture en utilisant des objets « archaïques » en forme de bâtons. Une expérience supplémentaire pour la vision et la réflexion du spectateur.

Cy Twombly est aussi un artiste engagé comme lorsqu’il peint les « Neuf discours sur Commode » en 1963 après l’assassinat de John F. Kennedy. La violence des couleurs me frappe. Cy Twombly est indéniablement un artiste complet tout en gardant une part de mystère.

De New-York à l’Italie

Au fur et à mesure de l’exposition, les couleurs de ses tableaux sont de plus en plus vives. Cela s’explique notamment par l’installation en Italie de l’artiste dans les années 60. Twombly est également proche d’Andy Warhol et son grand ami est le marchand d’art Léo Castelli qui l’exposera très régulièrement dans sa galerie installée sur Lexington Avenue à New York. Il s’imprègne aussi beaucoup des mythes antiques comme Achille, Eros ou Poséidon et ces références littéraires se retrouvent dans la quasi totalité de son œuvre.

Les dernières salles sont destinées à des peintures très colorées avec pour principaux sujets le soleil et les fleurs. Les couleurs jaillissent de tous côtés alors que la nuit s’installe sur Paris. La lumière contre l’ombre. Cy Twombly a illuminé son art pendant près de sept décennies.

La beauté à l’état pur et un esprit en ébullition perpétuelle, un coup de cœur comme il en existe peu !

 

                                                          Marion Allard-Latour

Infos pratiques

Cy Twombly jusqu’au 24 avril 2017 au Centre Pompidou

#CY Twombly #CentrePompidou

 

Facebook : https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter: https://twitter.com/LPattes

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour adhérer à l’Association culturelle du Niclos- Le Mille-Pattes :

iframe id="haWidget" src="https://www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/adhesion-a-l-association-culturelle-du-niclos-le-mille-pattes/widget" style="width:800px;height:

Retour à l'accueil