Le coq a traversé le village avant de rejoindre son poste au sommet du clocherLe coq a traversé le village avant de rejoindre son poste au sommet du clocherLe coq a traversé le village avant de rejoindre son poste au sommet du clocher
Le coq a traversé le village avant de rejoindre son poste au sommet du clocherLe coq a traversé le village avant de rejoindre son poste au sommet du clocherLe coq a traversé le village avant de rejoindre son poste au sommet du clocher

Le coq a traversé le village avant de rejoindre son poste au sommet du clocher

Hier, 9 novembre, l’installation d’un nouveau coq sur la flèche de l’église  a réuni de nombreux habitants du village de Sasnières lors d’une sympathique cérémonie organisée par Claire Granger, le maire, et son conseil municipal et à laquelle ont participé Philippe Mercier, président de la CCVLB , ainsi que Cécilia Nauche, maire de Houssay et Aimé Houdebert son collègue de Villavard.

Pourquoi y a-t-il un coq au sommet d’une église ?  Si la tradition est très ancienne, ses origines sont assez incertaines. Le coq est un animal qui symbolise la fierté, le courage et la vigilance. Son chant annonce le lever du soleil, le passage des ténèbres à la lumière. Symboliquement certains pensent qu’il s’apparente à la parole du prédicateur qui réveille ceux qui se sont endormis. Le coq est présent dans l’Evangile lorsque Jésus dit à Pierre « Tu me renieras trois fois avant que le coq ne chante ».

De quand date la première installation d’un coq sur une église ? Certains pensent  qu’une bulle du Pape au Moyen Age aurait été à l’origine de cette tradition mais aucun document ne semble l’attester. Le plus ancien clocher porteur d’un coq est celui de Brescia, en Italie du nord, qui date du IXème siècle.

Quoiqu’il en soit, comme l’a souligné Claire Granger, la mise en place d’un nouveau coq est un événement suffisamment rare pour qu’il mérite d’être célébré. La dernière fois qu’il a été déposé à Sasnières, c’était en 1939 parce qu’il avait reçu la foudre et il a fallu attendre  1941 pour qu’il retrouve sa place. En 2016, c’est lors de travaux entrepris sur le clocher que l’on s’est aperçu du mauvais état du coq. La municipalité a donc décidé de le remplacer .

Mercredi à 16h, le coq de cuivre étincelant avait été disposé sur une botte de paille dans une petite charrette à bras décorée par les enfants. Ce sont quatre d’entre eux, Henri, Martin, Paul et Théo, qui se sont chargés de tirer celle-ci à travers le village, accompagné par Claude, à l’accordéon et par James à la trompette. Cette déambulation réunissait le maire et les adjoints ceints de leur écharpe tricolore, les enfants et de nombreux habitants.

C’est à l’intérieur de l’église que l’abbé Benoît a béni le coq. Avant son installation, un message devait être inséré à l’intérieur sur lequel étaient inscrits les noms des enfants de la commune ainsi qu’un petit compte-rendu de cette journée mémorable comme de celles qui l’avaient précédée.

Le coq a ensuite été monté à travers les échafaudages jusqu’au sommet du clocher où, au bout de quelques minutes, on a pu l’apercevoir brillant de mille feux dans la soleil couchant.

                                                         Sabine Campion

#Sasnières #coq

 

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes        

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Retour à l'accueil