"Ugolin", "Ugolin" et Patrice Dauffy, "Ugolin" au premier plan et "Eole""Ugolin", "Ugolin" et Patrice Dauffy, "Ugolin" au premier plan et "Eole"
"Ugolin", "Ugolin" et Patrice Dauffy, "Ugolin" au premier plan et "Eole""Ugolin", "Ugolin" et Patrice Dauffy, "Ugolin" au premier plan et "Eole"

"Ugolin", "Ugolin" et Patrice Dauffy, "Ugolin" au premier plan et "Eole"

Nous avions déjà eu le plaisir de rencontrer « Ugolin », un âne de la  race Cotentin,  et son fils « Eole », lors de diverses manifestations notamment à Lavardin et à Montoire. Nous étions curieux de les mieux connaître en rencontrant leurs propriétaires, Patrice Dauffy et son épouse.

En arrivant chez eux,  à Saint-Martin, nous nous sommes aperçus, à notre grand plaisir,  que les ânes vivaient au milieu de beaucoup d’autres animaux : « Moustique », le chat, « Soni », le golden retriever, « Pitch » et « Blanca », des alpagas, un bouc, des canards, des poules… un véritable paradis des bêtes !

Un peu d’histoire

« Ugolin » est de race Cotentin. Il semblerait que l’introduction des ânes dans le département de la Manche soit fort ancienne ; les archives départementales en font état dès le milieu du XVIème siècle et certains toponymes (Asnières-en-Bessin, Asnelles…)  évoquent leur présence au XIème siècle. En 1930, la Manche comptait encore environ 9 000 sujets utilisés essentiellement comme « ânes de bât », pour transporter le lait. La race a été reconnue par le ministère de l’agriculture en 1997. Leur pelage est gris tourterelle avec une croix de Saint-André sur le dos.

L’âne s’éduque et ne se dresse pas

La profession de Patrice Dauffy l’avait amené à voir de près le travail des ânes. Séduit par le potentiel de ces animaux, il en a acheté un. « Contrairement à ce que l’on croit, l’âne n’est pas têtu, il est  intelligent et très sensible  mais il ne prend pas de risque ; s’il considère qu’il n’est pas en sécurité, il se bloque. C’est une véritable éponge qui enregistre très facilement les instructions et qui cherche à faire plaisir à son maître. Il a beaucoup de mémoire et si quelqu’un lui joue un tour, il n’oublie pas facilement. » C’est au contact d’autres propriétaires  rencontrés notamment au salon de Montoire, que Patrice s’est rendu compte que pour éduquer son âne, il devait lui-même suivre une formation, ce qu’il a fait lors d’un stage à l’Ile d’Oléron.  A l’issue de celle-ci, les responsables l’ont poussé à se lancer dans les concours.

Ugolin se révèle être un champion

En juillet 2015, Patrice et Ugolin ont participé à leur premier concours à Saint-Lô et se sont trouvés en bonne place dans le classement. Au mois de septembre, suivant, aux Haras du Pin, l’équipe a terminé en première place ; il en a été de même à La Garette près de Niort ; tout naturellement, elle s’est retrouvée en finale au Salon du cheval à Paris en novembre où elle s’est classée 3ème. En 2016, les places d’honneur se sont accumulées de nouveau, à Moulins dans l’Allier, à Lignères dans le Cher, à Bruz en Ille-et-Vilaine… C’est ainsi que les 26 et 27 octobre prochain, Ugolin et son meneur seront de nouveau en finale nationale à Lyon au salon « Equita ».

Le jeune Eole, âgé seulement de deux ans et demi n’est pas en reste et suit les traces de son père puisqu’il a déjà gagné son premier concours en 2016.

Un animal sociable

« L’âne n’aime pas la solitude ; il apprécie la compagnie de ses congénères mais aussi celle d’autres animaux tels que les chèvres, les moutons, les alpagas…Il forme une équipe avec son meneur, si celui-ci n’est pas en forme, l’âne le ressent. Il adore que celui-ci lui parle lorsqu’ils travaillent ensemble. »

Patrice et son épouse ont créé une association « Ugo’Lind ». C’est dans ce cadre qu’ils proposent des animations pour les enfants comme pour les adultes, à l’occasion  d’un mariage ou d’un anniversaire par exemple ; ils participent aussi à plusieurs marchés de Noël dans la région à Azé, Saint-Martin, Lavardin, etc. Ce sont des occasions pour faire une promenade à califourchon ou dans une carriole.

Faisons connaissance avec les alpagas

Ce n’est pas sans étonnement que nous avons découvert la présence de deux alpagas. Cet animal est originaire d’Amérique du sud où il est élevé principalement pour sa laine mais aussi dans certaines régions pour sa viande. Il mesure quelque 90 cm au garrot et pèse aux environs de 60 kg. Les alpagas sont calmes et gentils (ils ne crachent pas contrairement aux lamas). Ils doivent être tondus une fois par an et la laine de leur toison, douce et chaude, fournit chaque année un grand nombre de pelotes.

A Saint-Martin,  ils s’ébattent en compagnie des ânes sans se disputer sauf si l’un d’eux tente de s’approcher de la nourriture d’Ugolin ; le champion n’aime pas trop partager !

Contact : Ugo’Lind

Patrice Dauffy, 41800 Saint-Martin-des-Bois

T. 06 50 22 85 96 ; courriel : patriced@hotmail.fr

Ugolind.canalblog.com

                                                      Sabine Campion

#Ugolind #ânes #Saint-Martin-des-Bois

 

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes       

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour faire un  don au Mille-pattes : www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/le-mille-pattes-pour-tous

 

 

 

"Blanca"; "Pitch"; les ânes, les lamas, la chèvre... font bon ménage; les 2 lamas donnent 40 pelotes de laine"Blanca"; "Pitch"; les ânes, les lamas, la chèvre... font bon ménage; les 2 lamas donnent 40 pelotes de laine
"Blanca"; "Pitch"; les ânes, les lamas, la chèvre... font bon ménage; les 2 lamas donnent 40 pelotes de laine"Blanca"; "Pitch"; les ânes, les lamas, la chèvre... font bon ménage; les 2 lamas donnent 40 pelotes de laine

"Blanca"; "Pitch"; les ânes, les lamas, la chèvre... font bon ménage; les 2 lamas donnent 40 pelotes de laine

Retour à l'accueil