Le terrain CARAMEL au lieu-dit "La Butte" à Ruillé

Le terrain CARAMEL au lieu-dit "La Butte" à Ruillé

On sait que le général Eisenhower, commandant en chef des forces alliées chargées de la libération de l’Europe occidentale en 1944, estimait la contribution de la Résistance intérieure française à une quinzaine de divisions. Si la Sarthe ne figure pas sur la liste des hauts-lieux où celle-ci s’est illustrée d’une façon éclatante, il n’en demeure pas moins que, du fait de sa position au sud de la Normandie, elle a joué un rôle important dans la seconde bataille de France et que Ruillé, en raison de sa localisation , de sa topographie et du courage de ses habitants a apporté une contribution remarquable.

Alors qu’il est encore possible de s’entretenir avec les derniers auteurs ou témoins de ces évènements, il est important d’en perpétuer le souvenir.

Si l’on se réfère à l’historique établi par Roland Chénier, président de l’UNACITA de l’ancien  canton de La Chartre, Ruillé a connu trois groupes de résistants partageant une même particularité, la place centrale des femmes, Jeannine Rivière, Solange Dubuisson et Andrée Nail.

Le premier « Ruillé-La Chartre » fut anéanti par les Allemands au mois de mai 1944, à la suite d’une dénonciation.  On lui doit pourtant la demande d’homologation du terrain de parachutage de « La Butte » transmise par Jeannine Rivière.

Un deuxième groupe fu créé dans le bois de la Chénuère. Après la mort de son premier chef , tué au combat, il fut dirigé par Solange Dubuisson (Alexandre), participa à la libération de La Chartre et ne cessa d’attaquer les renforts allemands se dirigeant vers la Normandie.

Le dernier, avec à la tête Andrée Nail, propriétaire du terrain de « La Butte » fut précisément chargé de prendre celui-ci en charge après son homologation par le Bureau des Opérations Aériennes (BOA), créé par Jean Moulin. Devant recevoir des hommes aussi bien que du matériel, largués généralement par des avions anglais en zone ennemie, la « dropzone » devait répondre à des critères précis : étendue et autres caractéristiques physiques (absence de relief et d’obstacles), et discrétion (éloignement des habitations, des voies de communication et, naturellement des aérodromes de la Luftwaffe, présence de caches). Elle reçut le nom de code de « CARAMEL » et un indicatif de reconnaissance qui aurait réjoui les surréalistes : « Les écrevisses se marient, le bébé est mignon ».

Le terrain « Caramel » fut utilisé lors de trois opérations étalées entre le 16 juillet et le 9 août 1944.

Lors de la première (nuit du 16 au 17 juillet), furent parachutés le délégué militaire régional, émanation des autorités françaises de Londres, coiffant les Pays de la Loire, l’Anjou et la Normandie ainsi que son opérateur radio (opération « Haray 42B » ou « Compbre »).

Les deux suivantes empruntent leur nom à la littérature anglaise.

L’opération « Chaucer » (27-28 juillet) eut pour objet le largage de 24 containers et de cinq Belges du « Special Air Service » (SAS) chargés de surveiller les axes routiers et rejoints par 15 autres SAS chargés de surveiller les axes routiers et de harceler l’ennemi dans la région de Nogent-le-Rotrou.

Enfin, l’opération « Shakespeare » se déroula en trois phases dans la nuit du 31 juillet au 1er août : le parachutage de SAS devant préparer la venue d’un commando plus important ; dans celle du 8 au 9 août, premier largage d’un groupe de 15 hommes ayant pour mission de harceler l’ennemi à Château-du-Loir suivi d’un second, plus important, de 164 containers et de 25 officiers et soldats qui libèreront La Chartre dans la journée.

Une réunion de travail tenue à la mairie de Ruillé a rassemblé Galiène Cohu,  Roland Chénier (Anciens Combattants), Max Boutard (parachutistes) Bernard Grassin (véhicules militaires historiques),  tous participant à l’inauguration de l’ « aérostèle », le 23 octobre, vers 10h ; celle-ci bilingue (français-anglais), identique à celles qui existent déjà, rappellera désormais l’existence du terrain « Caramel » au lieu-dit « La Butte ». Après le défilé des drapeaux et des véhicules militaires anciens jusqu’à la place de la mairie, un dépôt de gerbes sera effectué au monument aux morts (11h45). Il sera suivi à la mairie de la visite de l’exposition consacrée aux opérations de parachutage, recréant l’atmosphère qui y régnait à l’aide d’équipement et de matériel d’époque (ouverte le samedi de 9h à 12h15 et de 15h à 18h). La place accueillera les véhicules ainsi que l’aile d’un appareil de reconnaissance (probablement un « Lightning P 38 » à empennage bipoutre) abattu par la DCA allemande, repêché, il y a peu dans le Loir.

 

                                                                             Xavier Campion

#LaRésistance #RuillésurLoir #parachutages #Caramel

 

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes          

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour faire un  don au Mille-pattes : www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/le-mille-pattes-pour-tous

Retour à l'accueil