Exposition au Centre d'art contemporain de Paillard

Exposition au Centre d'art contemporain de Paillard

L’actualité ne cesse de nous rappeler à quel point la violence, sous de multiples formes, est présente dans nos sociétés, au point que l’on se demande si elle n’imprègne pas leur tissu. Peut-on l’éviter ? Un regard vers le passé  nous confirme que la question s’est toujours posée, y compris dans les pays censés être pacifiés et incarner la civilisation.

Nous devons sans doute à James Porter, cinéphile averti et fouineur infatigable, capable de rapporter à Paillard aussi bien un court métrage de 30 secondes qu’un film de deux heures, la préparation de cette exposition, que certains jugeront dérangeante. Intitulée « Schizo-Culture + Carabine », celle-ci est la première d’une série de deux et est actuellement visible au Centre d’art contemporain. La culture de la schizophrénie se caractérise par la perte de contact avec la réalité et le repli sur soi. Niant l’existence des autres, elle n’en est que plus à l’aise pour recourir à la violence, dissimulée ou ouverte. La carabine fournit-elle la réponse ? C’est peut-être celle de cet « anarchitecte » révolté qui, en 1976, a tiré sur les fenêtres de l’Institut d’architecture et des affaires urbaines situé en plein Manhattan à New-York.

Sur quatre films présentés, deux portent l’empreinte d’un cinéaste italien, mort assassiné , aussi connu que controversé, Pietr Paolo Pasolini. Dans le premier, « La Rabbia » (La Rage), un commentaire engagé datant de 1963, tiré des actualités du temps de la Guerre froide, apparaît un monde divisé entre les riches ou les puissants et les autres, l’ouest et l’est, le nord et le sud.  L’autre réalisé en collaboration (« Dodici dicembre », Le Douze décembre, 1973) est un témoignage sur ce que l’on a appelé « Les Années de plomb » qui se sont abattues sur l’Italie de la fin des années 60 à celles des années 80 ; on a pu voir l’extrême droite, la mafia et les anarchistes jouer un ballet sanglant dans le cadre de la « stratégie de la tension » marquée par l’attentat à la bombe de Milan, perpétré précisément le 12 décembre 1969.

« La réutilisation d’éléments artistiques préexistants dans un nouvel arrangement » ou le « détournement » pourraient définir les deux autres films aussi bien que le travail de « Société Réaliste » qui mêle aussi bien les hymnes nationaux que les drapeaux dans des compositions étonnantes, musicales ou visuelles.

« Schizo-Culture + Carabine », une exposition du Centre d’art contemporain de Paillard (Poncé), jusqu’au 4 décembre.

Contact : T. 02 43 44 52 65 ou 06 42 63 02 70.

Site : www.moulinspaillard.com

                                               Xavier Campion

#Poncé #Centred’artcontemporain #JamesPorter #Pasolini #violence

 

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes       

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour faire un  don au Mille-pattes : www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/le-mille-pattes-pour-tous

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil