Guillaume Paoletti et Guillaume ConnessonGuillaume Paoletti et Guillaume Connesson

Guillaume Paoletti et Guillaume Connesson

Dimanche dernier, pendant que la brocante de Poncé installée sur l’ancien camping, continuait à battre son plein, le Centre d’art contemporain accueillait, sous un ciel bleu, moucheté de quelques nuages blancs, les enfants venus s’ébattre et jouer dans une ambiance calquée sur celle de l’ère jurassique : comme les plésiosaures, ils étaient invités à pêcher ; comme les raptors, ils étaient conviés à dévorer tout ce qu’ils trouvaient à leur portée en particulier le gâteau « qui dégoûte même les dinosaures » et les « crottes de nez » des mêmes monstres.

Ces joyeuses activités et la dînette se sont interrompues pour le début du concert « Le Festival des animaux », qui a clos les Journées Musicales entre Loir et Loire.  L’orchestre réuni autour de Déborah Nemtanu, au violon et Guillaume Paoletti au violoncelle, avait attiré un public nombreux, dans la salle de la « feuille infinie» ; on y reconnaissait l’ancien président, Valéry Giscard d’Estaing, François Roncière, André Monin…

L’image de la truite était la première de ce bestiaire musical qui a commencé par le fameux quintette pour piano et cordes en la de Schubert, donné en entier alors que beaucoup ne connaissent que les derniers mouvements popularisés autrefois par les Frères Jacques sur des paroles de Francis Blanche (pas tout-à-fait oublié du côté de Marçon !)

D’une façon, peut-être surprenante, c’est la faune de l’ère secondaire qui a pris la suite de  « La Truite ». Celle-ci était mise en scène dans une composition contemporaine, due à Guillaume Connesson, inspirée de « Jurassic Park » et de documentaires récents, sur un texte d’Ivan A.Alexandre, qui a mobilisé toutes les ressources de l’orchestre (vents, cordes et percussions) : les instrumentistes se sont brillamment adaptés à toutes les exigences de l’illustration sonore d’un univers disparu. Grâce à eux, tous n’ont eu aucune peine à suivre, après la présentation du cadre humide et luxuriant, la chasse en mer du plésiosaure, l’attaque des dangereux raptors et autres carnivores, le vol du ptérodactyle agressif, le déjeuner du brontosaure, paisible mais massif (20 m de long) herbivore (le seul), enfin le combat à mort des cruels tyrannosaures. Quoiqu’illustrant les scènes d’une lutte impitoyable pour la nourriture et la vie, ces tableaux ont véritablement conquis le public.

Camille Saint-Saëns (1835-1921) était –a-t-on écrit – bon caricaturiste, talent qu’il a certainement exprimé dans « Le Carnaval des animaux », suite musicale composée en 1886, qui abonde en parodies, comme d’ailleurs tout carnaval qui se respecte ; l’idée de base était que « les animaux se déguisent en animaux ». Il faut d’ailleurs noter que, parmi les auteurs successifs des textes conçus pour accompagner la suite, nous retrouvons Francis Blanche, même si c’est François Rollin qui a été retenu ici. Se rattachant à la tradition française du pastiche musical, Saint-Saëns a semé son œuvre de citations empruntées aussi bien à lui-même (« La Danse macabre »…) qu’à d’autres musiciens (Rameau, Offenbach, etc.) et d’extraits de chansons enfantines (« J’ai du bon tabac »…) . Ainsi défilent le lion, les poules et les coqs, les hémiones, la tortue, l’éléphant, les kangourous, les poissons, « les personnages à longues oreilles » (l’âne…), « le coucou au fond des bois », les pianistes ( ! ), « les fossiles » (revoici le dinosaure !), le cygne et enfin un épilogue qui voit tout le monde fraterniser, en total contraste avec les tableaux de Guillaume Connesson, même si la nomenclature instrumentale est la même.

Inutile de préciser que le public a été, de nouveau, conquis, irrésistiblement entraîné par cette musique jubilatoire.

                                                                                Xavier Campion

 

#LesJournéesMusicalesentreLoiretLoire #Paillard 

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes        

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour faire un  don au Mille-pattes : www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/le-mille-pattes-pour-tous

Retour à l'accueil