L'Iran, La Côte d'Ivoire, le Haut-Anjou, Tahiti, le JaponL'Iran, La Côte d'Ivoire, le Haut-Anjou, Tahiti, le Japon
L'Iran, La Côte d'Ivoire, le Haut-Anjou, Tahiti, le JaponL'Iran, La Côte d'Ivoire, le Haut-Anjou, Tahiti, le JaponL'Iran, La Côte d'Ivoire, le Haut-Anjou, Tahiti, le Japon

L'Iran, La Côte d'Ivoire, le Haut-Anjou, Tahiti, le Japon

Le 15 août a coïncidé avec la fin du Festival de Montoire. Comme d’habitude, le public a été nombreux à se rassembler pour passer l’après-midi dans le Quartier Marescot afin de voir ou revoir une dernière fois les troupes venues cette année. Les uns avaient déjà eu l’occasion d’apprécier le talent de celles-ci ; le bouche-à-oreille avait atteint les autres qui ne voulaient pas manquer l’ultime occasion d’admirer un spectacle rare ou exceptionnel. Un grand cercle, plus épais aux endroits ombragés, s’était formé autour des trois scènes installées près du Palais de toile, en particulier sur l’herbe autour de la première, du côté de l’école de musique.

C’est l’Iran qui a ouvert, avec ses musiciens, ses danseurs et aussi ses danseuses qui ont rendu hommage à une activité ancestrale, la pêche dans les eaux du golf Persique, en mimant les gestes quotidiens de ces marins, à la recherche du poisson, manoeuvrant leurs rames et leur filet, enfin de retour au foyer.

A son tour, la Côte d’Ivoire nous a fait découvrir ses danseurs et ses danseuses  dont les mouvements étaient vigoureusement scandés par les tam-tams et les battements de mains auxquels l’assistance s’est jointe avec ardeur.

Le Haut-Anjou (Segré), faute de place, ne pouvait aligner, ici, qu’une douzaine de danseurs et de danseuses ; comme les jours précédents, ceux-ci ont séduit les spectateurs par leurs évolutions impeccables qui  ont transportés ceux-ci au temps de la « marine de Loire » et des gabares, chargés d’ardoises, de pommes, de blé et de vin, dont l’arrivée suscitait joie et liesse.

Tahiti n’a cessé d’être à l’honneur grâce au chef de sa troupe, le charismatique et imposant Théo qui sait allier pédagogie et tradition. Comme les Montoiriens ne pouvaient plus ignorer l’histoire et la signification des tatouages, ils ne peuvent plus se méprendre sur les caractéristiques et l’emploi des instruments de musique en usage dans les îles, qu’il s’agisse des percussions ou du célèbre  ukulélé  descendant de la guitare apportée par les Portugais. Les danses guerrières exécutées par des hommes tatoués, armés de casse-tête, comme celles où l’on a vu les vahinés se déhancher en gardant les épaules droites ont suscité une vive impression.

Malgré la grande sobriété des tenues ( ou à cause d’elles), l’ensemble du Japon, « Kon-tou & Onjin » n’a pas manqué de faire sensation auprès des spectateurs abasourdis par la performance des batteurs et batteuses de waikido, ce tambour qui ne cessait de résonner au rythme de baguettes maniées par des mains infatigables ; ceux-ci l’ont été ensuite par ces adeptes qui conservent la tradition des arts martiaux, portant le daisho , la paire de sabres – long et court – des samouraïs, et maniant le plus grand, le katana, légèrement courbe, à la lame tranchante, avec dextérité dans des combats simulés et soigneusement codifiés ; les tambours étaient toujours présents mais à leur roulement s’ajoutait le chant d’une flûte.

Après le passage de l’Arménie et de l’Argentine, ce fut le défilé final de tous les groupes autour de la place Clémenceau avant le gala de clôture. Une fois de plus, les Montoiriens et les autres auront pu vivre une semaine magique et, ô combien, enrichissante !

L’an prochain, la 45ème édition devrait encore surpasser les précédentes !

                                                            Xavier Campion

 

#FestivaldeMontoire #Iran #Côted’Ivoire #Haut-Anjou #Tahiti #Japon

 

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes        

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour faire un  don au Mille-pattes : www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/le-mille-pattes-pour-tous

 

Retour à l'accueil