Masques de théâtre de l’époque d’Edo (Japon) datant de la fin du XVIIIème siècle

Masques de théâtre de l’époque d’Edo (Japon) datant de la fin du XVIIIème siècle

À l’occasion de son dixième anniversaire, le Musée du Quai Branly,  célèbre bâtiment situé dans le 7ème arrondissement de Paris, a été rebaptisé «  Musée du Quai Branly-Jacques Chirac ». Parmi les expositions temporaires qu’il propose, l’une  est consacrée à un retour sur l’histoire de la vie politique de Jacques Chirac à travers diverses collections mettant en avant sa passion pour les arts premiers. C’est une façon pour le public de découvrir l’importance du dialogue des cultures et des civilisations ainsi que la volonté de faire régner la paix en appréhendant les différents rites et coutumes de chaque peuple.

Une traversée autour du monde

Dès son plus jeune âge, Jacques Chirac vit naître en lui un vif intérêt pour l’art venu d’ailleurs. Né en 1932, un an après l’Exposition coloniale qui se tint à Paris, et qui fut boycottée par une grande partie des Surréalistes, il a été  imprégné par l’engagement de ces artistes tels que Guillaume Apollinaire ou Kandisky. En effet, ils ont été les premiers à s’intéresser de près à ces arts et à les mettre en valeur lors de grandes manifestions en France et en Europe.

De nombreuses pièces issues de ces collections permettent  de comprendre la vie de ces hommes et de ces femmes à travers les traditions qui leurs sont propres ; l’aspect religieux y est très présent, on peut citer, par exemple, la vierge Yoruba au Bénin .

Cependant en 1937, une grande partie de ces œuvres ont été spoliées ou détruites par les nazis. Les dirigeants du IIIème Reich les considéraient  comme faisant partie de l’ « art dégénéré ». Il faudra attendre de longues années avant de récupérer certains de ces objets afin de  leur permettre de retrouver leur véritable place dans l’histoire de l’humanité.

À travers cette exposition, on constate que la volonté première de Jacques Chirac est de réconcilier tous les arts et de créer un lieu unique où sont rassemblés aussi bien des masques venus du Congo ou de  Côte d’Ivoire que des costumes traditionnels provenant de Russie. La sensation de voyager est grande dans cet espace mi-obscur.

L’art politique

Durant toute sa carrière politique, Jacques Chirac n’a cessé de nouer des liens avec les dirigeants du monde ( japonais, chinois, sénégalais…). Il y a là non seulement une volonté  politique  mais aussi un intérêt pour l’art dans son ensemble. L’ancien président de la République semble très inspiré par l’un des ouvrages de Léopold Sédar Senghor intitulé « Le dialogue des cultures », nom d’ailleurs donné à cette exposition . Senghor et Césaire ont contribué grandement à la reconnaissance de la négritude à laquelle ils ont consacré une grande partie de leur œuvre.

Par ailleurs, d’une manière symbolique, en 2002, Jacques Chirac a fait entrer Alexandre Dumas au Panthéon, aux côtés d’autres grands auteurs tout aussi populaires tels que Victoir Hugo , qui s’y trouvaient depuis longtemps.  

L’exposition nous montre l’importance de la défense de la diversité culturelle et de l’union des esprits quels qu’ils soient.

Jacques Chirac a aussi été influencé par André Malraux qui portait un vif intérêt à l’art asiatique. Un épisode célèbre est resté dans toutes les mémoires : celui du vol des statues d’Angkor par Malraux dans les 1920.

Durant la période 1960-1970, les manifestations et les  musées consacrés aux arts premiers, se sont multipliés. Tel fut le cas du Festival d’Automne lancé en 1972 à l’initiative de Georges Pompidou ou encore  de l’ouverture du Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens (MAAOA) en 1985 à Marseille.

L’art peut avoir une connotation politique mais, pour Jacques Chirac, ce fut avant tout une passion née dans sa jeunesse.

En ces temps troublés, le dialogue des cultures est primordial pour comprendre autrui à travers l’art sous toutes ses formes d’expression : l’exposition nous offre cette parenthèse de savoir et de découverte.

 

                                                                      Marion Allard-Latour

Infos pratiques :

Exposition : « Jacques Chirac ou le dialogue des cultures »jusqu’au 9 octobre 2016 au musée du Quai Branly-Jacques Chirac

#MuséeduQuaiBranlyJacquesChirac #Dialoguedescultures #LéopoldSédarSenghor #AiméCésaire #JacquesChirac #AndréMalraux #Artspremiers

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes        

Et nous contacter via : overblog41@gmail.com

Pour faire un  don au Mille-pattes : www.helloasso.com/associations/association-culturelle-du-niclos/collectes/le-mille-pattes-pour-tous

 

 

 

 

Retour à l'accueil