Alexandre Jardin et Jean-Noël Chaintreuil

Alexandre Jardin et Jean-Noël Chaintreuil

 

Jeudi soir, l’Association des entreprises du val du Loir (AEVL) recevait Alexandre Jardin dans l’amphithéâtre de l’Espace Ronsard au Lude. Nicolas Mourier, le président, et les administrateurs de l’association pouvaient être satisfaits. Aux 150 participants déjà recensés, entrepreneurs, collaborateurs, élus, agents publics, représentants du monde associatif, il fallait en rajouter une cinquantaine d’autres qui ne l’avaient pas été ; avec une réunion de 200 personnes, les quatre mois de préparation n’avaient pas été vains et le pari était gagné.
Une philosophie de l’action
Venu de la « littérature », Alexandre Jardin compte bien y revenir l’an prochain après avoir accompli la mission qu’il s’est assignée : non seulement propager les idées à l’origine du Mouvement « Bleu Blanc Zèbre » (BBZ) né en 2015, mais aussi et surtout, faire connaitre les solutions déjà apportées à l’un ou l’autre des problèmes actuels. 
Le point de départ est banal : la France, sa société, son économie connaissent une crise profonde. La cause est plutôt d’ordre culturel : « Si la France est un pays « intelligent », elle est dominée par sa technostructure ; les responsables, c’est nous qui avons tout accepté ; en résumé, le problème, ce n’est pas les autres, c’est nous ! » Il n’est donc pas étonnant que « le monde de la promesse politique se soit effondré ».
La bonne nouvelle - une révélation pour beaucoup- est que, non seulement la situation n’est pas irréversible, mais que les moyens de résoudre l’une ou l’autre difficulté ont déjà été expérimentés avec succès et n’attendent que leur diffusion à grande échelle.
Si un renouvellement de la façon de penser et d’agir est nécessaire, on peut compter sur la génération qui va entrer en scène, celle née après 2000 ( Z comme « Zèbre ») pour nous présenter un modèle différent, question développée par un autre intervenant, Jean-Noël Chaintreuil, expert en relations humaines.
De tout ceci, il ressort qu’à l’interrogation, « vers un nouveau modèle économique ? » correspond l’affirmation « ça en commence en local et aujourd’hui ! », d’autant plus forte qu’il ne s’agit pas d’un engagement mais d’une observation.
Un bouquet de solutions
Lors de ses déplacements à travers le territoire, Alexandre Jardin a pu noter le foisonnement des initiatives dues aux « faizeux » les plus divers qui oeuvrent en silence : à Strasbourg, l’exercice de la gymnastique pour lutter contre les pathologies du vieillissement, dont les résultats intéressent les mutuelles (prévention des chutes), dans l’Outre-mer, le partenariat de l’armée pour instruire et former des jeunes, ailleurs l’appel aux retraités pour initier les enfants à la lecture ou aux étudiants pour assurer du soutien scolaire. Il s’est également référé à la collaboration de la Maison de l’emploi et d’exploitants de la région de Blois pour proposer du travail dans l’agriculture, à l’intervention de l’association « Coexister » composée de jeunes installés dans 30 villes de plus de 100 000 hab. pour tisser des liens grâce à la collecte de sang dans des quartiers à problèmes ( « On a tous le même sang, on a tous le même sourire ! » ), à l’utilisation de la pratique du sport pour socialiser les jeunes, si possible, les attirer vers une formation professionnelle, etc.
BBZ a dénombré 230 programmes d’importance variable. Quelle que soit celle-ci, ils existent déjà, ils sont efficaces, ils sont viables, et leurs répliques peuvent être installées partout, en particulier, mais pas uniquement par l’intermédiaire des mairies, institutions locales par excellence ; ils n’ont donc rien d’utopiques.
Si le Mouvement dont le rôle essentiel est d’assurer la promotion et la coordination d’actions de terrain, a pour finalité le bien de la Cité, il n’entretient aucune ambition « politicienne » ; qu’on le classe dans l’infra ou le suprapolitique importe peu !
Le portrait d’une génération
Quant à Jean-Noël Chaintreuil, il lui est revenu de dresser le portrait de cette génération qui pointe et apparait comme un recours, celle des  « Zèbres ».
Tout d’abord, on peut parler d’une « génération digitale » imprégnée d’une culture numérique ; trait distinctif : l’emploi du portable qui facilite la constitution de réseaux et permet la transmission instantanée de l’information en quelque lieu que ce soit.
Plus souple donc que celles qui l’ont précédée, elle remet en cause tous les modèles économiques, politiques ou sociaux : pour prendre un exemple trivial, elle n’est plus accrochée à la télévision. Les jeunes rejettent la religion du diplôme et savent qu’ils devront changer d’emploi à plusieurs reprises au cours de leur vie active, l’essentiel étant pour eux de trouver un sens à leur existence et à leur travail. Admettant l’échec, ils considèrent que celui-ci doit conduire à la réussite, l’erreur étant source d’enseignements.
Expériences et débats
Les débats auxquels ont donné lieu les deux interventions et les témoignages éloquents d’’Eric
Robert, Thomas Bardet, Isabelle Clep, Séverine Jérigné ont permis de revenir sur le problème de la formation professionnelle (un tiers des places vacantes dans les centres d’apprentissage !) et du désintérêt (ou du mépris) à l’égard du travail manuel ; ils ont également fourni l’occasion d’approfondir les expériences ayant retenu l’attention de l’AEVL : la mise en pratique du logiciel libre, le lancement d’une marque de vêtements et d’accessoires, la création d’espaces et d’activités communautaires et le départ d’une gamme de recettes de produits d’entretien économiques et naturels.
Une ultime recommandation
Le mouvement « Bleu Blanc Zèbre » s’appuie sur trois principes dont les deux premiers apparaissent logiques : « Agir » et « Avoir envie d’impliquer les citoyens » ; le troisième  n’est pas moins digne d’attention : « Etre joyeux ; les casse-couilles ne seront jamais des nôtres ! » Ceux que l’expression offusquerait peuvent apporter des bonbons !
www.aevl.org   et www.ecovalduloir.com

                                                                                  Xavier Campion
#AEVL #MissionéconomiqueduValduLoir #AlexandreJardin #Jean-NoëlChaintreuil #BleuBlancZèbre

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

             

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

 

Retour à l'accueil