Corinne Orzechowski et Gérard Torcheux
Corinne Orzechowski et Gérard TorcheuxCorinne Orzechowski et Gérard TorcheuxCorinne Orzechowski et Gérard Torcheux

Corinne Orzechowski et Gérard Torcheux

 

Dans la Provence d’Alphonse Daudet, au XIXème, l’on pouvait trouver un sous-préfet en train de versifier dans les champs ; en Sarthe, de nos jours, il arrive que l’on découvre un préfet dans l’atelier d’un souffleur de verre. Prêchant l’exemple, Corinne Orzechowski est allé « s’immerger », jeudi après-midi, chez Gérard Torcheux à Poncé-sur-Loir ; ce déplacement était d’autant plus méritoire que le village, s’il possède une réputation bien établie, est quand même situé aux limites du département.

Dans le cadre de la Semaine nationale de l’Artisanat (11-18 mars), évènement destiné à rappeler aux Français l’importance de l’Artisanat « première entreprise » du pays à la fois pour la production de richesses, la créativité et l’offre d’emplois, les Chambres des Métiers et de l’Artisanat ont organisé des opérations « Artisan d’un jour » ; celles-ci avaient pour but de favoriser l’ouverture d’un dialogue entre personnalités et professionnels.

C’est donc ainsi qu’en Sarthe, un journaliste a été convié à l’initier à la fabrication des baguettes, brioches, galettes et autres croissants alors qu’un conseiller départemental allait passer sa demi-journée chez un bijoutier-joailler et que la représentante de l’Etat était astreinte à suivre un cours sur le maniement de la canne, le premier outil du souffleur de verre.

La canne, tantôt à la bouche, tantôt à la main, avec l’aide de la mailloche, de la palette et aussi d’un journal humide, Gérard Torcheux, assisté de Philippe Sevault, plus connu comme vigneron –maintenant à la retraite- mais qui avait autrefois commencé une carrière chez Gérard, s’est livré à une démonstration pédagogique à l’intention du préfet en réalisant une coupe contournée colorée par différents oxydes.

Corinne Orzechowski, qui avait passé le T.shirt blanc proclamant fièrement « Artisan d’un jour », a paru un peu surprise par la complexité apparente d’une tâche manuelle délicate, assez éloignée, sans doute, de celles qui l’occupent habituellement « Qui a noté ce rendez-vous dans mon agenda ? » s’est-elle exclamée ! Elle a néanmoins suivi les instructions d’un maître exigeant non sans rechigner parfois « ça brûle ! » et a réussi à obtenir, à partir d’une petite boule (« tout commence par une petite boule », a observé Gérard Torcheux) ce que Guy Deschoolmester, président de la CMA, a joliment appelé « le pot de la Préfète ». Ce dernier a pris le relais avec beaucoup d’allant, parfois conseillé et secondé par Nicolas Pinquier ; celui-ci avec sa femme Lucille, également verrière, doit reprendre l’atelier à la fin de l’année. Un soulagement pour Gérard Torcheux !

                                                       Xavier Campion

#GérardTorcheux #Artisand’unjour #Semainenationaledel’artisanat #Poncé-sur-Loir

 

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

             

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

 

Retour à l'accueil