Dominique Quilleré , le vélo en "Paris-Brest (le gâteau), trois  participants originaires de la Région, présentation de la maquette du parcours à Guy Moyer
Dominique Quilleré , le vélo en "Paris-Brest (le gâteau), trois  participants originaires de la Région, présentation de la maquette du parcours à Guy MoyerDominique Quilleré , le vélo en "Paris-Brest (le gâteau), trois  participants originaires de la Région, présentation de la maquette du parcours à Guy MoyerDominique Quilleré , le vélo en "Paris-Brest (le gâteau), trois  participants originaires de la Région, présentation de la maquette du parcours à Guy Moyer

Dominique Quilleré , le vélo en "Paris-Brest (le gâteau), trois participants originaires de la Région, présentation de la maquette du parcours à Guy Moyer

Samedi dernier, une soixantaine de sportifs et d’amis du cyclisme se sont retrouvés pour une soirée aussi amicale qu’animée autour d’un film consacré au Paris-Brest-Paris. Cette manifestation extraordinaire réunit, tous les quatre ans, 6 000 participants originaires de quelque 60 pays dont certains aussi lointains que les Etats-Unis, l’Inde, la Russie, les Philippines, le Japon, la Nouvelle-Zélande… Ce n’est pas une course mais une randonnée dont l’objectif est de rallier Paris à Brest et d’en revenir, soit 1230 km en moins de 90h. Le départ et le retour se font au stade de Saint-Quentin en Yvelines. Tout au long du parcours, des points de contrôle obligatoires (Mortagne, Villaine Juhel, Fougère, Tinténiac, Loudéac, Carhaix…) permettent aux participants de se restaurer, de dormir un peu ou de recevoir quelques soins. 2 500 bénévoles sont présents tout au long du parcours et en assurent la logistique

La 18ème édition s’est déroulée en août 2015 et parmi les participants, pour la troisième fois (2007, 2011 et 2015), on trouvait Dominique Quilleré, le président de l’association montoirienne des « Cyclos du Pays de Ronsard ». Pour s’inscrire à cette randonnée mythique, il  est nécessaire de réussir quatre brevets de randonneur (200 km, 300 km, 400 km, 600 km). Un certain nombre de femmes participent à l’épreuve. Celle-ci se distingue aussi par la présence de « vélos spéciaux », vélos carénés , tandems, tricycles et autres engins plus bizarres les uns que les autres.

Le film, tout comme les photos prises sur la course montre combien celle-ci est difficile et nécessite un mental d’acier. « Si l’on démarre trop vite, on risque de ne pas finir , nous a confié Dominique, les muscles se tétanisent, la selle vous brûle … » Mêmes très aguerris, les participants connaissent des moments d’épuisement et de découragement. La gentillesse, la sympathie et le dévouement des spectateurs est un réconfort puissant ; ils sont nombreux, tout au long de la route, à proposer des boissons, un peu de nourriture ou un coin où dormir pendant quelques instants. Il y a aussi, l’amicale complicité des coureurs qui s’aident, s’attendent, font un bout de route ensemble ; en dépit de la barrière des langues, ils discutent et se soutiennent entre eux. « Ce sont des moments très forts qu’on ne peut oublier ». Quand  les dernières embûches ont été surmontées et que se profile l’ultime ligne droite « on ressent une fierté immense pour s’être dépassé et avoir tenu bon. » C’est une belle aventure humaine !

                                                                                         Sabine Campion

#Paris-Brest-Paris #CyclosduPaysdeRonsard #DominiqueQuilleré

 

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

             

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

 

 

 

Retour à l'accueil