La vieille église d'Artins

La vieille église d'Artins

 

La municipalité d’Artins s’apprête à rendre hommage à Paul Clément en  donnant son nom à une rue du nouveau lotissement. L’antériorité de Ternay, village voisin, ne doit pas la gêner puisque Paul Clément né en 1861, décédé à Vendôme en 1932, a pratiquement fait toute sa carrière d’instituteur à Artins.

Peut-être « l’un des villages les plus vieux de France » (Jean-Claude Mercier), Artins (du moins son emplacement privilégié en bordure du Loir) a vu se succéder une colonisation remontant au moins au néolithique, un établissement gallo-romain, les étapes de la christianisation des campagnes, celles de la féodalité (fiefs dont celui de La Roche-Turpin, installation des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem)… de quoi inspirer de la curiosité et même des vocations. Pour ce village, citons l’abbé Bourgeois (1819-1878), préhistorien éminent, Paul Clément et actuellement Jean-Claude Mercier, la mémoire vivante des lieux.

Paul Clément appartenait à l’une de ces générations d’instituteurs, de curés, de médecins, d’agents du génie rural etc. qui, ensemble, maillaient encore le territoire jusqu’aux années 50 (ils ont disparu depuis !) et qui, autodidactes (ce qui n’est plus concevable), par goût ou par sentiment d’une obligation à remplir, s’intéressaient à l’histoire locale (baptisée depuis « microhistoire ») dont ils étaient devenus les maîtres incontestés. Connaissant bien le terrain, ils pouvaient également compter sur la confiance des habitants.

De 1898 à 1926, Paul Clément a rédigé vingt-trois articles pour le bulletin de la Société archéologique du Vendômois allant du cartésianisme à Vendôme à l’atelier néolithique de Sainte-Anne (près de Vendôme). Huit d’entre eux sont relatifs à Artins, sept concernent des communes voisines dont un Villedieu (une étude détaillée des menhirs).

« Officier de l’Instruction Publique, il s’est attelé avec acharnement pendant toute la période où il était à Artins à fouiller le sol de sa commune, à éplucher toutes les archives afin d’établir avec la plus grande certitude la vie de nos ancêtres. Il n’a rien gardé pour lui. Il a publié toutes ses découvertes et les objets recueillis ont tous été légués au musée de Vendôme. » (Jean-Claude Mercier) Notons qu’à en croire les tables du bulletin de la Société archéologique, personne n’a jugé utile de lui consacrer la moindre notice nécrologique.

Sources : Société archéologique du Vendômois, « Table des articles parus de 1862 à 1992 » ; 

                 Jean-Claude Mercier, « Artins, Vingt siècles d’histoire ».

 

                                                                                                  Xavier Campion

« PaulClément #Artins #SociétéarchéologiqueduVendômois #Jean-ClaudeMercier

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

             

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

 

Retour à l'accueil