Le gâble du portail nord et la statue en bois de Saint-Jean-BaptisteLe gâble du portail nord et la statue en bois de Saint-Jean-Baptiste

Le gâble du portail nord et la statue en bois de Saint-Jean-Baptiste

 

Chahaignes recèle bien des trésors, les uns attendent dans les caves qui hébergent les fûts et les bouteilles de Coteaux du Loir ; d’autres se trouvent au cœur même du bourg, dans l’église Saint-Jean-Baptiste. Ce sont ces derniers qu’une récente visite organisée par le CAUE de la Sarthe a permis de découvrir; le conseil était représenté par Anetta Palonka-Cohin, conservateur délégué, spécialiste du mobilier et des objets d’art.

Présentation de l’église

Vu du dehors, l’édifice ne parait pas spécialement attirant. Datant de la fin du XIème, il fut très fortement endommagé par l’incendie qui ravagea en 1705 le village (alors largement bâti en bois) mais  fut rapidement reconstruit (1733) tout en étant une nouvelle fois remanié. L’on profita de l’occasion pour mettre la décoration intérieure au goût du jour en élevant trois retables fastueux.

A l’extérieur, les murs de tuffeau ont été noircis par le passage des années ; la plupart des baies y compris celle de la verrière du chevet plat, ont été murées en tout ou partie, une sacristie a été ajoutée en 1880 et le clocher, très bas, n’a jamais été terminé. Quoique très effacée, une litre funéraire est encore discernable en haut du mur sud, sans que rien ne permette d’identifier le personnage ainsi honoré. De l’autre côté, un portail latéral perce le mur nord ; le gâble qui le surmonte permet de le rattacher à la fin du gothique. Une niche abrite « un Christ aux liens » représenté assis, ce qui n’est pas courant dans la Sarthe ; il ne s’agit cependant que d’une copie, l’original, en bois, du début du XVIIème, restauré mais privé de sa polychromie, ayant été transféré à l’intérieur, dans le chœur.

C’est dans cet espace que l’on relève des éléments significatifs comme ses vastes proportions et la présence de stalles. Ils indiquent que l’église appartenait à un prieuré ; celui-ci était rattaché à Château-du-Loir qui dépendait, lui-même, de l’abbaye tourangelle de Marmoutier. Outre « Le Christ aux liens », les visiteurs peuvent contempler une autre statue taillée dans le bois, autrefois également polychrome, restaurée mais restée mutilée ; ce Saint-Jean Baptiste du XVIème, correspondant au vocable de l’église,  devait orner autrefois l’autel principal.

                                                                                 (à suivre)

                                                                             Xavier Campion

#Chahaignes #égliseSaint-Jean-Baptiste #retable #statue #CAUE72

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook :          https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

             

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

 

Retour à l'accueil