Le Grand Villemalour est situé sur la commune de Saint-Martin des Bois

Le Grand Villemalour est situé sur la commune de Saint-Martin des Bois

Au début de l'été, dans notre rubrique "patrimoine", nous avons rendu compte de la visite organisée par les "Maisons paysannes de France" dans la vallée du Loir et nous avons évoqué celle du Grand Villemalour, un manoir situé dans la partie nord de la commune de Saint-Martin-des-Bois.

Historique

Si l'on se réfère au "Dictionnaire du Vendômois" de Saint-Venant, l'ancienneté du fief et de la seigneurie de Villemalour ne fait aucun doute. "Villa Malor" puis "Villa Malorum" aux XIème et XIIème siècle, ceux-ci relevaient à foi et hommage-lige (préférentiel) de Montoire avec droit "d'aubenage, forfaiture et mesurage au jalon de Montoire, et droit de foire et bannie au bourg de Saint-Jacques les jours de saint Jacques et de saint Christophe."  Le droit d'aubenage est celui de percevoir une redevance pour l'inhumation d'un étranger dans le sol du territoire de la seigneurie (à comparer au droit d'aubaine qui s'appliquait aux successions); celui de forfaiture est le pouvoir de condamner à une peine d'amende ou de confiscation les personnes coupables d'une infraction à un règlement quelconque (usage d'une fausse mesure, etc.). 

Après un Gauthier, on trouve un Hugo en 1091 puis un Macé en 1288. En 1376, le fief parait être à Pierre d'Arquenay (d'origine mayennaise ?), amplement possessionné - semble-t-il - à Trôo, Saint-Jacques-des-Guérets, Marcé, Ruillé (L'Aurière), Château-Renault... Pour la petite histoire, Villemalour apparait à la date du 11 mai 1665 dans les mémoires de Marie Dubois, valet de chambre de Louis XIV, résidant ordinairement à Couture; le fief étant menacé de confiscation, Marie Dubois demande au roi le bénéfice de cette mesure, non pour lui-même - précise-t-il - mais pour venir en aide au Ausnay (identification difficile). Cette requête est restée sans suite.

Passé aux mains des seigneurs de Ranay dans la première moitié du XVIIIème, le manoir devint une simple métairie habitée par des fermiers. Jacques Clays qui l'a acquis en 1999 et a mené à bien sa restauration porte un jugement qui n'est pas dénué d'intérêt bien que parfois contestable : " c'est ce qui a sauvé la bâtisse des restaurations et modifications trop souvent malheureuses que subissent toujours les constructions occupées par des propriétaires trop argentés." ( "Le Bas Vendômois", n°10. Mai 2002).

Pourtant, dans son mémoire sur "Les Manoirs de 1450 à 1600 dans le Vendômois" (2000), Philippe Bourdin cite Villemalour comme "un des nombreux exemple d'anciennes demeures rurales ayant subi des dégradations et transformations au cours des deux derniers siècles..." Quoiqu'il en soit, lorsqu'il prend possession du domaine en 1999, Jacques Clays ne peut que constater un état d'abandon prononcé.

                                                                                 A suivre

#LeGrandVillemalour #LesMaisonspaysannesdeFrance #SaintMartindesBois #Trôo #SaintJacquesdesGuérets #MarieDubois.

 

Vous pouvez répondre à notre sondage sur :

https://poll-fr.herokuapp.com/sondage/wydjjg

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Le-Mille-Pattes/432340846919148?pnref=story

                     https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

 

Retour à l'accueil