Michel Pirès, directeur de la Médiathèque de Montoire

Michel Pirès, directeur de la Médiathèque de Montoire

 

Le bruit court que Michel Pires aurait donné sa démission des fonctions qu’il occupe à la Communauté de communes des Vallées Loir et Braye. Présentée au mois d’août, celle-ci devrait prendre effet courant octobre, à condition d’être acceptée par l’autorité hiérarchique.

Recruté par la Communauté du Pays de Ronsard en décembre 2009 pour mettre en place et diriger la médiathèque de Montoire, Michel Pires vient de l’Orléanais où il s’était déjà impliqué dans la vie locale et dans les projets culturels. Titulaire d’un DESS de Droit public et de divers diplômes correspondant à ses fonctions, il est l’un des rares fonctionnaires territoriaux en poste à la CCVLB.

On doit donc à cet homme, jeune, dynamique et entreprenant, la concrétisation, avec Guillaume Henrion, alors vice-président du Pays de Ronsard, du projet qui a abouti à la création de la « Nef Europa », une nouvelle venue de poids dans l’animation culturelle du territoire, l’installation de la médiathèque-ludothèque de Savigny, l’étude de la fusion des écoles de musique de Montoire et de Savigny…

Le motif officiel de cette démission serait de se rapprocher de l’Orléanais dans lequel Michel Pires n’a jamais cessé de vivre et de faire ainsi l’économie de trajets quotidiens éprouvants, alors que la mission essentielle qui lui avait été assignée à l’origine, a été menée à bien.

Il n’empêche qu’un malaise semblerait régner au sein des services de la CCVLB, marqué par le départ, il y a un an, de l’ancienne directrice du Pays de Ronsard et, récemment, par le nombre insolites d’agents souffrant de dépression nerveuse (un tiers sur une quinzaine –a-t-on dit -). La venue au mois d’août d’un contractuel, présenté au Conseil communautaire comme le chef du service économique mais qui, en réalité coifferait l’administration, serait en cause.  Si l’on pense à la création programmée de la grande communauté d’arrondissement lancée par Vendôme, l’on pourrait  supposer que la véritable mission de cette personne serait de liquider aux moindres frais les structures de la CCVLB, comme on l’a vu faire autrefois, par un colonel envoyé de Paris pour démanteler en cinq secs le site nucléaire d’Albion. Il est bien clair que, tout nivellement se faisant par le bas, certaines compétences optionnelles ou facultatives seront rendues aux communes qui ne sauront qu’en faire, que la gouvernance sera exercée par le Vendômois et que, plus qualifié, le personnel de celui-ci aura au moins le monopole des fonctions de conception et d’encadrement. Si la mutualisation est synonyme d’économie, le chômage comme horizon ne parait guère enthousiasmant.

S’agissant de Michel Pires, on peut penser que l’absence de perspectives, certains désaccords sur la finalité de la mutualisation (voir ce qui s’est passé en ce qui concerne les tarifs des écoles de musique lors du dernier Conseil communautaire),  certaines tentatives d’ingérence dans le fonctionnement de la médiathèque, le manque de personnel et l’absence de reconnaissance à l’égard des bénévoles qui suppléent à celui-ci, toutes ces raisons ont pu jouer un rôle dans la décision d’un homme qui trouvera certainement ailleurs un poste à sa taille. Nul doute que cette démission, qui préludera à une certaine « normalisation », ne manquera pas de réjouir certains notables, montoiriens ou non, auxquels toutes les manifestations culturelles à succès, celles qui échappent à leur autorité, portent ombrage.

#Michel Pirès #CCVLB #médiathèquedeMontoire

Vous pouvez répondre à notre sondage sur :

https://poll-fr.herokuapp.com/sondage/wydjjg

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Le-Mille-Pattes/432340846919148?pnref=story

                     https://m.facebook.com/pages/Le-Mille-pattes-Campion/1597797927138358?ref=tn_tnmn&__nodl

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

Retour à l'accueil