Philippe Proust à la sarbacane, les tambours du Burundi, la danse de l'Equateur,  du groupe du Sri Lanka, un chanteur tibétainPhilippe Proust à la sarbacane, les tambours du Burundi, la danse de l'Equateur,  du groupe du Sri Lanka, un chanteur tibétainPhilippe Proust à la sarbacane, les tambours du Burundi, la danse de l'Equateur,  du groupe du Sri Lanka, un chanteur tibétain
Philippe Proust à la sarbacane, les tambours du Burundi, la danse de l'Equateur,  du groupe du Sri Lanka, un chanteur tibétainPhilippe Proust à la sarbacane, les tambours du Burundi, la danse de l'Equateur,  du groupe du Sri Lanka, un chanteur tibétain

Philippe Proust à la sarbacane, les tambours du Burundi, la danse de l'Equateur, du groupe du Sri Lanka, un chanteur tibétain

 Jeudi 13 août.

A 10h30, une conférence à la Médiathèque permet de partir à la rencontre du peuple Dayak ; à la même heure, au gymnase Pasteur, les « Balisiers de Basse-Terre »(Guadeloupe) proposent un stage de danse où les participants peuvent s’initier à la mazurka et au quadrille. A 11h, au camping, le Portugal fait une animation. Dès 10h, le quartier Marescot s’anime, les stands d’artisanat ouvrent et l’on peut déjà trouver sandwichs, crêpes et boissons.

L’après-midi, les jeunes de 6 à 12 ans retrouvent le « Festijeunes » qui, dès sa création en 2014, avait rencontré un grand succès. L’effervescence règne autour du Palais de toile : Sur un podium, les tambours du Burundi déchaînés attirent les curieux en jouant sur un rythme endiablé ; après un prologue éblouissant de virtuosité, ils invitent les enfants, un peu intimidés, à les rejoindre sur scène et à s’approprier, à leur tour, ces instruments magiques. Sous un barnum, le Kalimantan (Bornéo) propose un jeu d’adresse captivant : munis d’une grande sarbacane, les participants doivent projeter une fléchette et crever un ballon. Dans la réalité, ce sont les chasseurs qui utilisent cette arme  pour tuer le gibier auquel ils envoient des flèches empoisonnées. Non loin de là, les membres du groupe de l’Equateur initient les jeunes à la danse ; ils ont également mis en place un atelier maquillage ; de l’autre côté, près de l’école de musique, la troupe de la Guadeloupe séduit également un public nombreux.

Pendant ce temps, à la Médiathèque, se déroule une conférence sur le rituel du feu au Sri Lanka. Plusieurs membres de « Sama Goodness Rhythm » sont présents revêtus de costumes splendides. A 16h30, débute sur le podium de l’Avant Scène, l’animation proposée par le « Tibetan Institute of Performing Arts », créé en 1959 par le Dalaï Lama. Celui-ci a attiré beaucoup de monde au point que certains n’ont pas hésité à s’asseoir par terre pour mieux profiter du spectacle. Au début, seuls les hommes sont en scène et jouent sur des instruments traditionnels ; puis, un soliste a chanté  en s’accompagnant d’un instrument à trois cordes ; c’est enfin le tour des femmes d’entrer en scène pour danser et chanter.

A 19h, « Pica Pao » entraine les spectateurs sur les rythmes de la musique brésilienne. Le Resto Typico a proposé de la cuisine sri lankaise : Kadala (pois chiches) Kukul Mass (curry de poulet) au riz cuit dans le lait de coco et Watalamppan (une crème).

A 21h , sous le chapiteau, le gala panorama, permet de retrouver tous les groupes.

#FestivaldeMontoire

Vous pouvez répondre à notre sondage sur :

https://poll-fr.herokuapp.com/sondage/wydjjg

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Le-Mille-Pattes/432340846919148?pnref=story

                     https://www.facebook.com/profile.php?id=100008787857808

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

 

Retour à l'accueil