Chanteurs et musiciens de Russie, d'Equateur et de SlovaquieChanteurs et musiciens de Russie, d'Equateur et de Slovaquie
Chanteurs et musiciens de Russie, d'Equateur et de Slovaquie

Chanteurs et musiciens de Russie, d'Equateur et de Slovaquie

 

Vendredi après-midi, un public nombreux avait pris place dans l’église de Montoire pour écouter le concert offert par trois troupes, celles de l’Equateur, de la Slovaquie et de la Russie.

C’est  « La Compânia Somos Cultura Viva » qui est intervenue la première : trois musiciens, Edison à la guitare, Santiago à la flûte, Kathy aux percussions et une extraordinaire chanteuse quechua, Yurak, dotée d’une voix exceptionnelle qui est très célèbre au sein de sa communauté. Une musique envoûtante, a emporté le public dans un voyage au cœur de la nature, là où les hommes prennent le temps d’ écouter et de comprendre la vie animale et végétale qui les entoure ; au moment où Yurak lançait ses premières notes, un rayon de soleil inattendu a frappé les vitraux derrière l’autel comme si les éléments eux-mêmes étaient sensibles à cette voix si pure. A une musique un peu mélancolique, pleine de douceur, en a succédé une autre plus rythmée, plus joyeuse que le public a accompagnée par des battements de mains. Ce fut un très joli moment plein de poésie et de tendresse.

Le contraste s'est révélé saisissant entre les petits montagnards bruns venus des Andes et les grands Slaves blonds, les uns arrivés de l'Europe centrale, les autres de la mer Blanche. C'est l'ensemble "Makavica", jeune formation slovaque composée de huit musiciens (violons, violoncelle, accordéon, flûtes) et chanteuses vêtus de blanc qui a pris le relais. La musique et les mélodies, tour à tour nostalgiques et pleines d'entrain, ont attiré les auditeurs du côté du Danube; ceux-ci n'ont pas manqué d'être sensibles à la virtuosité déployée par les violonistes dans des airs proches de la tradition tzigane.

Il est revenu aux Russes, à l'ensemble "Siverko" d'Arkhangelsk, habillés de bleu, les femmes portant le diadème, de terminer le concert. Comme on pouvait s'y attendre, accordéons, balalaikas (triangulaires) et domras (rondes) étaient au premier plan. C'est un aspect un peu différent de l'âme slave que les musiciens et les chanteuses ont tente de nous faire connaitre, avec également ses alternances de gaité et de mélancolie. Très vite, le publc s'est pris  à accompagner des mains, des airs devenus populaires à travers le monde entier. L'ensemble a achevé de conquérir son auditoire en interprétant en français cette vieille chanson, peut-être un peu oubliée : "Savez-vous planter les choux..."

#Festival de Montoire

Vous pouvez répondre à notre sondage sur :

https://poll-fr.herokuapp.com/sondage/wydjjg

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Le-Mille-Pattes/432340846919148?pnref=story

                     https://www.facebook.com/profile.php?id=100008787857808

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

 

Retour à l'accueil