La ruche qui bourdonne d'activités à Paillard

La ruche qui bourdonne d'activités à Paillard

Il y a peu, s'est achevé le troisième "camp d'été" consacré au textile "intelligent", c'est-à-dire à celui capable de réagir de diverses façons à des stimuli tels que le toucher, la simple présence, la lumière... A cette occasion, le Centre d'Art contemporain aaccueilli une quarantaine de chercheurs qui pouvaient être également des artisans ou des artistes, réunis en symposium pour exposer les applications de leurs recherches, pour travailler ensemble et, peut-être surtout, pour échanger sur leurs expériences.

Plusieurs caractéristiques étaient frappantes : la jeunesse des participants, la présence majoritaire des femmes, enfin la diversité des origines (beaucoup travaillent hors de leur pays natal) : Chine, Japon, Taïwan, Canada, Etats-Unis, Mexique, Turquie, Allemagne, Autriche, Finlande, France, Hongrie, Pays-Bas...Cependant, tous sont des adeptes d'une recherche libre et désintéressée et du partage des connaissances autour de l'alliance des savoir-faire traditionnels (le tricot par exemple) et des techniques les plus modernes, ainsi l'électronique servie par la miniaturisation de plus en plus poussée des composants.

Le but final est d'obtenir les applications utiles, ou pouvant le devenir dans le futur, ce qui exige un bon sens de l'anticipation, consommant un minimum d'énergie (thème cher à Beam), si possible renouvelable, et faciles à fabriquer avec un outillage très répandu, allant des petits instruments indispensables en informatique aux machines à tricoter. Si la destination de certaines de ces applications parait d'ores et déjà fixée comme l'aide aux malvoyants, à laquelle se consacre Emilie, nul n'est en mesure de deviner l'utilisation ultime des autres : elle sera peut-être très éloignée de celle des projets présentés qui, pour le moment, peut sembler plutôt ludique; ainsi les chaussures qui, muillées, changent de couleur (Barbra) ou la pièce de tissu qui recrée des tags (Martin). " Il ne faut pas oublier que toutes les créations exposées ici correspondent à l'état actuel des recherches et non pas à un achèvement"   a souligné Shelly De Vito.

Ceux qui se rejoignent à Paillard se reconnaissent à leur sens aigü de l'indépendance et de la liberté, mais aussi à leur volonté d'échanger et de partager les résultats comme les problèmes sans souci de préservation de secrets industriels ou commerciaux. Les découvertes sont mises en commun et appartiennent à tous.

L'expression "camp d'été" prend tout son sens quand on a aperçu les tentes plantées dans une cour proche, les tables dressées à l'intérieur pour des repas pris en commun, ou encore la grande salle bourdonnant d'activités et d'allées et venues. Comme l'a écrit un organisateur l'e-textile "c'est comme tisser des outils et de la connaissance dans le textile ! "

Si vous n'avez pu visiter l'exposition cette année, ne manquez pas la prochaine : vous y découvrirez une "Silicon Valley" ephémère mais qui vous démontrera que la vallée du Loir peut être vraiment un carrefour du futur.

#Paillard #e-textile #SiliconValley

 

Vous pouvez répondre à notre sondage sur :

https://poll-fr.herokuapp.com/sondage/wydjjg

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Le-Mille-Pattes/432340846919148?pnref=story

                     https://www.facebook.com/profile.php?id=100008787857808

Twitter:       https://twitter.com/LPattes                              

Et nous contacter via :

overblog41@gmail.com

Retour à l'accueil