La mairie de Villedieu-le-Château

La mairie de Villedieu-le-Château

Le 29 juin, c'était la réunion du Conseil municipal de Villedieu-le-Château. Celle-ci était manifestement bâclée : pas d'appel des conseillers dont beaucoup étaient absents sans que l'on sache pourquoi et sans qu'il y ait eu constatation des pouvoirs comme c'est le cas d'ordinaire. A l'exception d'un point sur les investissements communaux et d'un autre sur l'école, l'ordre du jour paraissait assez anodin, le conseil ayant d'ailleurs consenti, en 2014, une très large délégation de pouvoirs au maire.

Il y eut pourtant quelques surprises.

Le maire a d'abord annoncé que son premier adjoint l'avat informé le matin même, avoir envoyé sa démission à la sous-préfecture au motif que l'élu avait quitté la fête de la distribution des prix du SIVOS (la veille) sans le prévenir. Il nous a été précisé que cette démission, qui faisait suite à d'autres incidents, ne concernait pas le mandat de conseiller.

Après l'examen de questions mineures ou dont le règlement était acquis d'avance, le conseil est passé au point relatif aux investissements communaux, et d'abord à une affaire qui traine depuis des années, le ravalement de la façade de la mairie. L'un des conseillers est alors intervenu pour demander le report de l'examen de cette affaire dans le cadre d'une véritable mise à plat du fonctionnement du conseil. Il a fait valoir que le débat ne pouvait avoir lieu utilement en l'absences des conseillers (les plus) impliqués et compte tenu de l'état d'impréparation des dossiers; comme il l'avait déjà fait l'an dernier, il a souligné que la gestion des affaires de la commune souffrait de la primauté accordée par le maire à sa carrière politique tandis que le crédit de celle-ci était affecté par ses démêlés avec la Justice pénale; cette fois-ci, cette intervention n'a déclenché aucun tollé. Préssentant la tournure que pourrait prendre le débat et visiblement pressé, M.Narquin n'a pas insisté et a prononcé la clôture de la réunion, non sans avoir essuyé auparavant quelques critiques  sur son attitude envers l'école et sa passivité concernant la baisse des effectifs de celle-ci.

Nous voici loin de l'unanimité qui régnait de façon quasi mécanique au lendemain des dernières municipales. Il est vrai que certains ont pu se rendre compte que les ambitions affichées étaient de simples trompe-l'oeil. La création de la fameuse "coulée verte", la résurrection du lotissement abandonné, la création de logements sociaux et, suivant les jours, d'une extension de la mairie ou une "maison des associations", l'aménagement d'une salle des fêtes, la réfection de la poterne du Prieuré, condition de la transformation d'un immeuble communal en lieu d'hébergement (rémunérateur); au lieu de quoi, la disparition probable d'une classe en 2016, celle plus ou moins annoncée du centre de secours. Alors, la décadence comme ambition ?

Evidemment, quitte à ne rien faire, sauf à l'heure des comptes, le maire peut se passer du conseil puisque sa délégation l'autorise à prendre toutes les décisions qu'il souhaite? Le bonheur, quoi !

#Front National #Jean-Yves Narquin

 

 

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Le-Mille-Pattes/432340846919148?pnref=story

                     https://www.facebook.com/profile.php?id=100008787857808

Twitter:       https://twitter.com/LPattes

Vous pouvez également répondre à notre sondage:

                     https://www.sondageonline.fr/s/b79880e

Retour à l'accueil