Un gemmail réalisé d'après une toile du peintre Jacky Claveau exposé dans la chapelle de la Providence

Un gemmail réalisé d'après une toile du peintre Jacky Claveau exposé dans la chapelle de la Providence

La 10ème Biennale d'Art de Ruillé était placée sous le signe de la lumière, de l'éclat et de la transparence mais aussi de la chaleur qui s'est fait sentir lors de son inauguration smedi dernier; heureusement pour l'assistance, nombreuse, artistes, élus, personnalités et amateurs d'art de la vallée, le cloître de La Providence offrait une oasis de fraîcheur appréciée. En tout cas, cette manifestation a su allier tradition et renouvellement, en laissant s'exprimer un goût de l'ouverture et une curiosité justifiant un rayonnement qui s'affirme. Non seulement, la Biennale attire les créateurs et les gens de métier fixés autour du Loir, mais aussi ceux installés dans le grand ouest, dans le centre, d'autres à travers la France, en Belgique et jusqu'au Québec; c'est d'ailleurs sans compter des origines encore plus lointaines, le Japon ou le Brésil..

Une fois franchi le porche de la Communauté, le visiteur se trouvait d'abord face à un losange constitué de galets de verre teinté dû à Gérard Torcheux, puis aux structures circulaires en treillis coloré d'Edith Meusnier qui oscillaient doucement au gré des moindres souffles d'air. Dans le cloître, le "Bord de Loire", un gemmail en six parties de Jacky Claveau, évoquait la première Biennale que le peintre avait voulu consacrer à cette expression artistique lumineuse. A proximité, autour du "Coeur de lave" (fusion de verre) d'Eric Boucher, les gracieuses élèves du Lycée d'Arsonval (Joué les Tours) présentaient leurs robes faites de découpes de bouteilles en plastique assemblées.

"Incroyables" est l'adjectif utilisé par Dominique Gérand pour qualifier les lieux, les artistes et les oeuvres.

Tout au long des galeries s'alignaient les créations les plus diverses, que ce soit par leur inspiration, leur style ou les matières utilisées mises en scène par Geneviève Naudin : les panneaux de verre "Haute Couture" simplement fumé, doré ou argenté de Bernard Pictet, les "Nids", construction aérienne de fil de Frédérique Petit, les escargots de verre soufflé et moulé à la main et de résine, rappelant le logo des "Jardins de Cassandre" de Lilas Force, les pièces également soufflées, gravées et sablées de Julia Robert, les "Géodes" en faïence ajourée rehaussée de platine ou d'or de Malicorne, la "Méduse de Glace", réfrigérante en altuglas de Christine Palleau, les têtes de verre aux trois profils de Gilles Chabrier, ou encore les collections du Musée de la Nacre et de la Tabletterie de Méru (Oise) avec leurs éventails, leurs coffrets, leurs jumelles de théâtre, leurs couverts, leurs boutons, toutes ces pièces qui faisaient le bonheur de nos ancêtres.

Nous n'oublierons pas le Lycée Nazareth, tout proche, qui présentait une grande composition végétale au nom évocateur, "Mirage sur la dune". Encore ne s'agit-il là que d'un modeste aperçu des trésors qui parent le cloître de la Providence et attendent les visiteurs.

BIENNALE D'ART DE RUILLE, LA PROVIDENCE DE 15H A 18H

#Biennale d'Art de Ruillé #La Providence #Lycée d'Arsonval #Lycée Nazareth #Dominique Gérand #Geneviève Naudin #Jacky Claveau

 

 

Vous pouvez suivre le Mille-Pattes sur :

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Le-Mille-Pattes/432340846919148?pnref=story

                     https://www.facebook.com/profile.php?id=100008787857808

Twitter:       https://twitter.com/LPattes

Vous pouvez également répondre à notre sondage:

                     https://www.sondageonline.fr/s/b79880e

 

Quelques oeuvres présentées à la BiennaleQuelques oeuvres présentées à la BiennaleQuelques oeuvres présentées à la Biennale

Quelques oeuvres présentées à la Biennale

Retour à l'accueil