La Fête de la musique à Trôo : une extraordinaire diversité de genresLa Fête de la musique à Trôo : une extraordinaire diversité de genresLa Fête de la musique à Trôo : une extraordinaire diversité de genres
La Fête de la musique à Trôo : une extraordinaire diversité de genresLa Fête de la musique à Trôo : une extraordinaire diversité de genresLa Fête de la musique à Trôo : une extraordinaire diversité de genres

La Fête de la musique à Trôo : une extraordinaire diversité de genres

Une fête réussie : beaucoup de monde, on se bousculait dans les ruelles et les caves ; beaucoup de musiciens, 47 groupes et quelque 300 artistes; beaucoup de gaité et de bonheur pour les jeunes comme pour les parents et grand-parents.

Comme tous les ans, Trôo a vibré sur les rythmes les plus divers; dans ce petit village, on a su conserver l'esprit dans lequel la Fête de la musique a été créée. Il faut saluer ceux que l'on oublie souvent : tous ces bénévoles sans lesquels il n'existerait pas beaucoup de festivités. A Trôo, ils fournissent un énorme travail pour aménager les stands, installer l'électricité, gérer la circulation, nourrir les groupes... et le lendemain, quand tout le monde fait la grasse matinée, remettre tout en état. Il faut rendre hommage à Marianne qui recherche les musiciens et parvient, chaque année, à trouver des nouveautés, à Serge et aux neuf jeunes femmes qui préparent et servent les repas aux groupes, aux deux Alain Deniau et Gatien  qui orchestrent la manifestation et que l'on rencontre partout sur la colline et bien sûr à Jean-Luc Nexon, le maire, qui est le premier à mettre la main à la pâte. 

Bravo à tous et à toutes et merci !

#Trôo #Fête de la musique # bénévoles

Serge et son "Harem" parvient à nourrir plus de 300 personnes dans la soirée

Serge et son "Harem" parvient à nourrir plus de 300 personnes dans la soirée

Retour à l'accueil