La sénatrice,Jacqueline Gourault et le député Maurice Leroy surveillent attentivement la plantation des ceps.

La sénatrice,Jacqueline Gourault et le député Maurice Leroy surveillent attentivement la plantation des ceps.

Le grand jour était enfin arrivé : samedi 7 mars, ils étaient venus nombreux pour accompagner le jeune vigneron, Benoît Savigny et l'aider à planter ces premiers arpents de vigne, même FR3 avait dépêché ses journalistes. A 10h, la lourde calèche tirée par deux percherons s'est arrêtée devant la parcelle de Bel-Air, à son bord, la sénatrice Jacqueline Gourault, le député et ancien ministre, Maurice Leroy, Philippe Mercier, président de la Communauté de communes et Jean-Luc Nexon, le maire; les Chevaliers de la Puette et du Franc-Pinot, en tenue d'apparat. formaient une haie d'honneur.Puis tout le monde s'est dirigé vers le théâtre des opérations où Orphée, une jument de race auxoise attelée à une canadienne (instrument destiné à ameublir la terre), arpentail les sillons. Avant d'aller plus loin, il était nécessaire de couper le ruban tricolore symbolique puis d'écouter les discours dont celui de Léo, le fils aîné de Benoît qui, parlant au nom de son père, a prononcé de très émouvantes paroles: "Quand j'avais 12 ans, j'ai fait le rêve de devenir vigneron... J'en ai maintenant 40 et ce rêve s'est réalisé".  Le moment était venu  de concrétiser le rêve d'un jeune architecte et de planter les premiers ceps. 

La terre, fraîchement retournée, était grasse et collait à l'outil, la fameuse "bicyclette" spécialement conçue pour ce type de tâche. La bonne volonté ne manquait pas; les enfants et les élus ont travaillé de bon coeur; en remerciement, ils se sont vus remettre un diplôme libellé avec beaucoup d'humour attestant  leur participation à cette inoubliable opération.

Vint ensuite, le temps de la dégustation, précédée d'une petite cérémonie organisée par les Chevaliers de la Puette et du Franc-Pinot. La président Claude Norguet, après avoir félicité Benoît pour son initiative courageuse et lui avoir souhaité beaucoup de succès dans son nouveau métier, a appelé son beau-père, Jean-Claude Chénier, qui a été un de ses premiers et  plus fidèles soutiens dans cette entreprise afin de l' introniser à son tour  dans la confrérie. Il était temps  de goûter les vins produits par Benoît dans le secteur de Ruillé et de Lhomme. Pour ceux de Trôo, il faudra attendre un peu, au moins trois ou quatre ans.

#Trôo #Vignerons #Chevaliers de la Puette et du Franc-Pinot #Maurice Leroy #Jacqueline Gourault #Benoît Savigny 

 

La vigne est de retour à Trôo
La vigne est de retour à Trôo
La vigne est de retour à Trôo
La vigne est de retour à Trôo
La vigne est de retour à Trôo

L

Retour à l'accueil