Michel Boillot devant le portrait de son grand-père, Armand

Michel Boillot devant le portrait de son grand-père, Armand

Pour clore l'année et pour parfaire le jubilé des "Ateliers du Lérot", Marie-Liesse Bertre accueille son père dans sa galerie, rue Nationale à La Chartre. Ce n'est pas la première rencontre mais celle-ci est un peu exceptionelle, d'abord parce qu'elle correspond à cet anniversaire, ensuite parce qu'elle offre l'occasion de découvrir un aspect moins connu de l'oeuvre de Michel Boillot."La peinture, c'est ma jeunesse; la céramique, c'est toute ma vie", affirme l'artiste.

Si le visiteur est invité à se pencher sur les belles pièces de faïence dont maints exemplaires décorent les rues et les places de La Chartre, il peut également accompagner le jeune Michel dans un voyage à travers le passé, avant même l'installation dans la Sarthe et la création des "Ateliers". "Les tableaux que j'expose ici ont tous plus de 50 ans. A Aix-en-Provence où mon père était professeur de lettres classiques, je me suis fait remarquer au lycée par mon talent de dessinateur. Trainant mon attirail de peinture sur ma mobylette, j'ai sillonné les alentours pour fixer les paysages de Cézanne sur la toile; à l'occasion de vacances en famille, j'ai même aidé un berger pour approcher les cîmes des Alpes de Haute-Provence. Monté à Paris pour entrer à l'atelier de Gustave Corlin, ancien disciple de Renoir, j'y ait passé deux ans; j'ai fait la connaissance de Jeanne-Noëlle Flandrin que j'ai épousée par la suite, et de ses amis. Notre compagnie s'est lancée  dans de nombreuses excursions un peu partout, à la recherche de sujets dignes de son attention."

C'est donc à une exploration de la France aussi bien qu'à un tour dans le passé que nous convie Michel Boillot. Le Mont Aurélien (proche de la Sainte-Baume), les escarpements du Briançonnais, des vues des Vosges qui dominent le lieu de naissance (Colmar) ou de l'Alsace, Paris, Saint-Cloud, la Beauce, etc. jusqu'au Liechtenstein. Parmi tous ces paysages, un portrait : celui du grand-père, Armand, apiculteur, une grosse pipe (en merisier ?) à la bouche, "mon premier sponsor" dit Michel. Un bel hommage à travers lequel l'on voit le caractère de l'un et la fidélité de l'autre.

Michel Boillot chez Marie-Liesse Galerie jusqu'au 14 janvier. # Boillot #Flandrin#LaChartre                                                 

Retour à l'accueil