La Saint-Vincent à Ruillé est organisée par la confrérie des Bons Tire-Bouchonneux. Elle débute par la réception à la mairie.

La Saint-Vincent à Ruillé est organisée par la confrérie des Bons Tire-Bouchonneux. Elle débute par la réception à la mairie.

Célébrée le 22 janvier, la Saint-Vincent est l'occasion de festivités liées à la vigne, que celle-ci soit toujours présente ou qu'elle ne subsiste que dans les mémoires. Dans la tradition, saint Vincent parait avoir pris la place de Dyonisos ou de Bacchus, ce qui ne parait pas tout à fait illégitime compte tenu de l'importance de la vigne et du vin dans les Ecritures, et aussi dans la lithurgie pour celui-ci, malgré la mésaventure survenue à Noé.

Né en Aragon, Vincent est l'un des plus célèbres martyrs espagnols. Ce chrétien, simple diacre, aurait été pris dans la persécution de Dioclétien et emmené à Valence où il aurait expiré en 2004  des suites de divers supplices. Son culte gagna toute la péninsule ibérique, puis la France à la faveur d'une expédition menée en 541 par deux fils de Clovis qui ramenèrent de Saragosse quelques reliques; celles-ci furent confiées à une abbaye construite spécialement sur la rive gauche de la Seine, à Paris. Comme cette dernière devait devenir propriétaire de  vignobles aux alentours, il est possible que les moines aient placé ceux-ci sous la sauvegarde de leur protecteur. C'est -semble-t-il- la seule hypothèse qui relierait Vincent à la vigne, si l'on execepte un mauvais calembour assimilant le vin au sang. Bien que dépossédé par la suite de son abbaye au profit de l'évêque Germain, le saint n'en triompha pas moins en devenant au XIIIème siècle le principal patron des vignerons.

Sous l'Ancien Régime, alors que le vignoble occupait des territoires délaissés depuis (bien au nord de ses limites actuelles), toute paroisse viticole possédait une confrérie d'inspiration religieuse qui devait disparaitre à la Révolution pour renaître ensuite. Saint Vincent trônait dans beaucoup d'églises et l'on a recensé des centaines de statues, souvent taillées dans le bois -car elles étaient portées en procession; de même, le saint apparaissait sur des tableaux ou des bannières sans compter les images pieuses très répandues au XIXème siècle.

En principe, Vincent est figuré en diacre portant la palme du martyr et ayant pour principal attribut la serpette à tailler la vigne, souvent remplacée par un sécateur d'allure plus moderne après 1850.

La crise du phylloxéra, dans le dernier quart du XIXème a été fatale à nombre d'exploitations, et donc de confréries. Il convient sans doute d'ajouter les effets de l'évolution économique et sociale, des crises et des guerres. Dans certains lieux, la tradition a été retrouvée peu avant ou peu après la Deuxième Guerre mondiale.

C'est sans doute dans le sud de la Sarthe -disons autour du domaine du Jasnières- que les usages ont été les mieux conservés. Si les vignerons ont perdu le monopole de la célébration de la Saint-Vincent et si les femmes ont maintenant accès aux dignités, le lien avec la vigne n'a pas été rompu. La fête est toujours annoncée, 15 jours plus tôt, par la "présentation du Tonneau" devant une vieille cave qui sert de premier lieu de réception au président de l'année, ou au roi à Poncé-sur- le Loir. A noter qu'à Beaumont-sur-Dème, c'est saint Sébastien qui patronne la manifestation.

A Ruillé, c'est en 1996 que le peintre Jacky Claveau a entrepris de rendre son allant à une fête qui s'essoufflait peut-être, en créant la conférie des "Bons Tire-Bouchonneux"; il a donné à ceux-ci leur tenue, leur bannière,leur hymne et leur cérémonial. La présentation du Tonneau réunit toujours les présidents et les présidentes au cavier de Saint-Amadou. Loin de se borner à la célébration de la Saint-Vincent, les "Bons-Tire-Bouchonneux" sont présents dans toute les manifestations qui se déroulent autour de la vigne et du vin entre Chahaignes et Montoire. 

Bibliographie :

-Jacques de Voragine, "La Légende dorée", "La Pléiade", ed. Gallimard Paris 2004;

-Grégoire de Tours "Histoire des rois francs", ed.Gallimard Paris 1990;

-A Dupé et M.Freyssinet, "Vins, vignobles et vignerons de la vallée du Loir", ed. Cénomane, Le Mans 1996

-M.Lachiver, "Par les champs et par les vignes", ed.Fayard, Paris 1998.

#Saint Vincent #Vin # Vigne #Bacchus #Ruillé #Jacky Claveau #Les Bons Tirebouchonneux

 

Présentation du Tonneau 2015

Présentation du Tonneau 2015

Retour à l'accueil